Casablanca rénove ses places

Les visiteurs n’ayant pas fait le déplacement à la capitale économique ces dernières semaines ne vont pas reconnaître la place «la Concorde». D’une série de bus, l’un derrière l’autre, provoquant la congestion de la circulation et transformant la zone en un boucan d’enfer, on trouve maintenant un espace vert.
En effet, la place «la Concorde» à Casablanca est en passe de devenir un poumon vert de cet espace à forte densité démographique.
Après le changement des stations des arrêts de bus et l’implantation d’un jardin dans ce lieu, les habitants des quartiers limitrophes ont retrouvé un calme, loin des klaxons des autobus et la pollution qui se dégageait le long de la journée de ces engins. En plus des malfrats qui exploitaient généralement la forte affluence que connaît ce lieu pour des pratiques qui laissent à désirer. Il faut dire que Casablanca est en train de ré-instaurer ses espaces verts qui constituent un élément important de confort, de loisirs et de bien-être des habitants dans une ville de plus en plus urbanisée et désorganisée. Ces espaces verts, qui jouent un grand rôle dans les équilibres atmosphériques sachant que la pollution franchit le seuil de l’urgence dans certaines zones de la ville, doivent être entretenus dans les règles de l’art. Sinon, le risque qu’ils se transforment en dépotoir plein d’ordures n’est pas à écarter. Pour ce faire, l’affectation d’un gardien, pour veiller sur la propreté du coin et empêcher les malfrats de ne pas y jeter des détritus ou à exploiter le lieu pour passer la nuit, s’avère nécessaire.
Le jardin de «la place la Concorde», vu sa position, est de nature à redonner son charme au centre de la ville. Les touristes étrangers et les visiteurs de la ville qui évitaient ces lieux, place la Concorde et Maréchal, en raison du dérangement et de l’embouteillage, vont maintenant découvrir un autre espace où règnent le langage des fleurs et des autres plantes. Force est de constater que la ville de Casablanca, compte tenu du nombre de ses habitants, des véhicules qui sillonnent ses boulevards et ses artères chaque jour et des unités industrielles installées dans certains quartiers résidentiels, a beaucoup besoin d’espaces verts pour mieux respirer. Les poumons verts de la ville où se retrouvaient dans le temps les amoureux de la nature ont été altérés, non pas par les parasites et l’assèchement mais par le facteur humain.
La décision de transformer les places «la Concorde», «Maréchal», «Sraghna» ainsi que la récupération d’autres espaces est venue à point nommé. Elle permettra à la ville d’entretenir son patrimoine floral et forestier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *