Casablanca-Settat : Lancement du schéma régional de préservation de l’environnement

Casablanca-Settat : Lancement du schéma régional de préservation de l’environnement

Des niveaux de pollution de l’air toujours élevés dans la région

Au centre-ville, ce sont surtout les polluants liés à la circulation automobile, à savoir les oxydes d’azote, qui sont à l’origine des problèmes de santé.

La région de Casablanca-Settat se dote d’un schéma régional de préservation de l’environnement et de lutte contre les changements climatiques. Ce schéma permettra de faire face aux problèmes environnementaux auxquels fait face la région à savoir les décharges publiques et la pollution élevée en raison du trafic routier. Ce schéma a été lancé lundi 22 mai 2017 au siège de la wilaya de la Région de Casablanca-Settat. Il vise ainsi à actualiser le rapport sur l’état de l’environnement au niveau de la région selon le nouveau découpage régional avec un focus sur la problématique liée aux changements climatiques. Selon le ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, ce schéma aura pour but d’élaborer un plan d’action, de sauvegarde, et de restauration des milieux naturels ainsi que les mesures permettant de décliner les priorités de la Stratégie nationale de développement durable, adoptée par le Conseil national de l’environnement en juillet 2016, au niveau de la région.

La cérémonie de lancement officiel de cet atelier a été consacrée à la présentation du cadre général de l’étude et à la sensibilisation de l’ensemble des acteurs concernés à l’approche adoptée et aux outils utilisés pour l’élaboration dudit Schéma. L’étude sera conduite selon une approche participative et inclusive impliquant l’ensemble des acteurs membres du réseau régional d’échange d’informations sur l’environnement et le développement durable. Il faut dire que la qualité de l’air est devenue un enjeu majeur de santé publique qui préoccupe plus particulièrement les Casablancais.

La première étude éco-épidémiologique menée à Casablanca avait clairement montré une corrélation entre les concentrations de particules dans l’atmosphère et les consultations pour des infections respiratoires, des pneumonies, de l’asthme, des conjonctivites, et les décès. Les résultats avaient montré qu’il existe un lien entre la qualité de l’air et la santé. Au centre-ville, ce sont surtout les polluants liés à la circulation automobile, à savoir les oxydes d’azote, qui sont à l’origine des problèmes de santé. En revanche, dans les zones industrielles, les oxydes de soufre et les particules en suspension ont le plus d’impact sur la santé. Lors des pics de polluants, les spécialistes observent le lendemain ou deux jours plus tard un nombre important de consultations, notamment pour gêne respiratoire. Rappelons que cette étude réalisée sur toute la région de Casablanca avait ciblé plus particulièrement 3 zones, à savoir le centre-ville de Casablanca, la zone industrielle de Ain Sbaâ et Sidi Bernoussi et Mohammedia.

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *