CCDH : Opération séduction à Genève

Une délégation du CCDH (Conseil consultatif des droits de l’Homme) se trouve actuellement à Genève pour prendre part à diverses activités et notamment les travaux du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des droits de l’Homme. Le Maroc est l’un des participants qui attirent beaucoup d’attention lors de la présente session et ce quelques mois après la présentation du rapport final de l’IER (Instance Equité et Réconciliation). La délégation marocaine terminera sa mission genevoise, ce vendredi 14 avril 2006, par sa participation à la cinquième réunion du conseil d’administration de l’Association francophone des commissions nationales de droits de l’Homme. La délégation marocaine se trouve à Genève au moment où se prépare la mise en place du Conseil des droits de l’Homme, nouvel organe instauré par une résolution de l’ONU, le 15 mars 2006, pour remplacer la Commission onusienne des droits de l’Homme qui vient de tenir sa dernière session. Les membres de ce nouveau conseil seront connus le 9 mai prochain. Pour l’Afrique, le Maroc se porte candidat en compagnie de deux autres pays dont l’Algérie.
Ce nouveau conseil entamera les travaux de sa première session le 19 juin prochain.
Ce n’est pas la première fois que l’expérience marocaine suscite de l’engouement sur la scène internationale.
Selon une source au CCDH, et avant même la fin du mandat de l’IER, plusieurs pays ont manifesté l’intérêt de bénéficier de l’expérience marocaine. Parmi les pays qui en auraient officiellement fait la demande, on retrouve le Koweït, le Bahreïn, la Libye, le Soudan et le Yémen. Ce dernier pays, outre l’expérience accumulée par l’IER, voudrait travailler avec le Maroc pour la mise en place d’une structure genre CCDH. Les préparatifs, dans ce sens, sont déjà à un stade avancé.
Une source au CCDH réagit d’ailleurs à ce qui a été véhiculé autour des différentes visites entreprises, dans plusieurs pays du monde, par des membres du CCDH et d’ex-membres de l’IER. Pour cette source, il ne s’agit nullement de quelques opérations de charme décidées par le Maroc, mais aussi d’une large demande à l’international. Pour les pays occidentaux, explique-t-on, l’intérêt de l’expérience marocaine vient du fait que le processus de réconciliation au Maroc s’est fait dans la continuité du régime. Pour plusieurs autres pays, il était question de cerner les détails du travail de l’IER, et le climat général de son déroulement, pour aider à implanter des expériences similaires dans des pays où les conditions générales le permettent. Avec tout cela, les ex-membres de l’IER, et ceux du CCDH, avaient été sollicités par diverses associations et centres des droits de l’Homme pour en savoir plus sur l’exemple marocain comme initiative unique dans le monde arabe et islamique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *