Ce que dit la loi

Les pouvoirs publics, en partenariat avec les organisations professionnelles d’employeurs et de travailleurs ont entrepris la réforme de notre législation du travail destinée à assurer un équilibre entre les intérêts de l’entreprise et les droits fondamentaux des travailleurs.
La réforme du code a bel et bien des causes directes, notamment la législation éparpillée, la législation obsolète et les contraintes liées à l’investissement. Et comme le mentionne le préambule du code, l’adoption d’un nouveau Code du Travail est une évolution majeure mettant fin à plus de 30 ans de négociations et de débats.
Publiée au Bulletin Officiel n° 5167 daté du 8 décembre 2003, cette loi est entrée en vigueur le 8 juin 2004 : 19 décrets d’application ont été publiés au Bulletin officiel n° 5280 du 6 janvier 2005 et 14 arrêtés ont été publié au Bulletin officiel n° 5300 du17   mars 2005.
Le nouveau Code du Travail vient répondre d’abord aux Hautes Directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui, dans ses divers discours, a toujours insisté sur “la nécessité d’adopter un Code de Travail moderne permettant à l’investisseur, autant qu’aux travailleurs de connaître, à l’avance, leurs droits et obligations respectifs et ce dans le cadre d’un contrat social global de solidarité ”. A cette fin, comme tous les codes existants, le Code du Travail s’est fixé des objectifs d’ordre économique, des objectifs sociaux et des objectifs techniques.
Il a des objectifs précis : la reprise de la confiance des investissements ; le renforcement du mode de gestion de l’entreprise (comité d’entreprise, CHS) ; la stabilisation des relations professionnelles par la promotion de la négociation collective ; l’assainissement et la prévention des conflits collectifs par l’instauration et l’institutionnalisation de la procédure de règlement des différends collectifs de travail ; la réaffirmation et la consolidation des droits fondamentaux au travail tels qu’ils sont reconnus par les conventions internationales du travail ; et enfin la protection de la population salariale en situation vulnérable en l’occurrence l’enfant au travail, la femme et l’enfant handicapé au travail.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *