Chafik Chraïbi : «Seulement 10% des Marocaines connaissent la pilule du lendemain»

Chafik Chraïbi : «Seulement 10% des Marocaines connaissent la pilule du lendemain»

ALM : Qu’est-ce que la contraception d’urgence ?
Pr Chafik Chraïbi : La contraception d’urgence est en fait une contraception de secours qui est utilisée dans des situations d’urgence en raison d’un rapport sexuel non protégé. Pour éviter une grossesse non désirée, il existe la pilule du lendemain qui est présente sous deux types : le Norvelo et EllaOne. Le Norvelo existe au Maroc depuis plus de deux ans. Cette pilule du lendemain permet de prévenir d’une grossesse jusqu’à 3 jours après le rapport sexuel non protégé. Quant à la seconde, il s’agit d’un nouveau contraceptif d’urgence qui peut être utilisé jusqu’à 5 jours après le rapport. Il est important de souligner que la pilule du lendemain n’est pas une pilule abortive mais contraceptive. Elle permet de bloquer l’ovulation et d’empêcher la fécondation. Cette pilule agit avant l’implantation de l’œuf dans l’utérus.

Quelle est l’efficacité de la pilule du lendemain ?
Celle-ci doit être prise au maximum dans les 72 heures après le rapport sexuel. Plus la pilule est prise tôt, plus elle est efficace. L’idéal serait de la prendre 24 heures après le rapport sexuel. Son efficacité est de 90% si elle est prise dans les 24 heures qui suivent le rapport, de 70% dans les 48 heures et de 50% dans les 72 heures. Cette pilule n’est pas efficace à 100% Elle est d’ailleurs moins efficace que l’emploi régulier de contraceptifs habituels.

Si le délai de 72 heures est passé, que faut-il faire ?
Il n y a plus rien à faire. Il ne reste plus qu’à prier pour que la personne ne tombe pas enceinte. Cela dit, il existe une autre méthode contraceptive qui est le stérilet. L’insertion d’un stérilet doit être faite par un médecin dans les cinq jours qui suivent une relation non protégée.

Quels sont les effets secondaires de la pilule du lendemain ?
Il s’agit principalement de nausées et de vomissements. D’autres effets secondaires peuvent survenir, à savoir des vertiges, des maux de tête, des douleurs au ventre, une sensation de tension des seins et parfois des saignements. Ils sont sans gravité. La pilule du lendemain ne doit pas être prise de manière régulière, elle est fortement dosée. Elle n’est pas faite pour servir de méthode régulière de contraception. Ce médicament ne doit être utilisé qu’en cas d’urgence ou de force majeur. C’est en quelque sorte une bouée de sauvetage. Il ne peut s’agir en aucun cas d’une méthode de contraception classique.

Est-ce que les Marocaines connaissent cette contraception d’urgence ?
Malheureusement non. Les résultats des travaux d’une étudiante américaine que j’avais encadrée sur la contraception d’urgence avaient montré que seulement 10% des femmes connaissent la pilule du lendemain. Ce qui est alarmant. Et pire encore. Ces recherches qui ont été réalisées auprès d’une vingtaine de pharmacies ont révélé que les pharmaciens ne vendaient qu’une à deux boîtes par mois. Il y a un véritable problème de communication.

 
Les différentes méthodes de contraception
• La pilule
La pilule est le contraceptif le plus connu et le plus utilisé par les femmes. Il existe différents types de pilule (classique ou combinée, sans œstrogènes ou microdosée). La pilule combinée (classique, œstroprogestative) contient un œstrogène et un progestatif. Cette pilule bloque l’ovulation, amincit la muqueuse utérine et épaissit la glaire cervicale pour rendre difficile l’accès aux trompes des spermatozoïdes.
La pilule microdosée (sans œstrogènes) contient beaucoup moins d’œstrogènes.Elle est conseillée aux femmes qui font de l’hypertension ou du diabète ou pendant la période d’allaitement. Elle est ne bloque pas totalement (ou pas du tout) l’ovulation. Son rôle est basé sur la modification de l’environnement (muqueuse et glaire) mais pas de l’ovulation. La pilule constitue la méthode contraceptive la plus sûre avec un taux d’efficacité de plus de 99%. Autres avantages : elle régularise le cycle et diminue les douleurs des règles chez certaines femmes.
•  L’implant
L’implant contient un progestatif qui agit pendant 3 ans. Il s’agit d’un petit cylindre de 4 cm de long et 2 mm de diamètre qui diffuse le progestatif en continu pendant 3 ans. L’implant est inséré sous la peau du bras. Il reste au maximum 3 ans en place, mais il peut être retiré avant. Il n’y a pas d’arrêt de l’ovulation mais une modification de l’environnement intime.Parmi les inconvénients, il faut relever que l’implant peut entraîner des saignements irréguliers et des règles imprévisibles. La prise de certains médicaments peut être incompatible avec l’implant.
• Le patch contraceptif
Apposé sur la peau pour une semaine, il libère un œstrogène et un progestatif qui sont absorbés par la peau avant de passer dans le sang. Utilisé sur 21 jours comme la pilule, il suffit de coller le patch trois semaines de suite avant d’arrêter pendant une semaine. Il présente plusieurs avantages : il ne faut s’en souvenir qu’une fois par semaine contrairement à la pilule qu’il faut prendre tous les jours. Les vomissements et diarrhées n’ont pas d’impact sur son efficacité. En cas de décollement, son efficacité est compromise.
• Le préservatif
Le préservatif masculin est un moyen de contraception efficace qui protège des infections sexuellement transmissibles (IST). C’est le seul moyen de se protéger contre le sida. Il est majoritairement utilisé de façon occasionnelle et temporaire, fréquemment au début d’une relation. Utilisé de façon optimale, le taux d’échec est de seulement 3 %. Il est sans contre-indications à l’exception de l’allergie au latex. Il présente certains inconvénients: accidents (rupture, déchirement, retrait tardif avec écoulement de sperme hors du préservatif…).
•  Le stérilet ou dispositif intra-utérin
Le stérilet est un dispositif de 3,5 cm environ, de matière souple, inséré à l’intérieur de l’utérus. Une fois posé, il peut être maintenu en place de 3 à 5 ans. Il existe deux types : en cuivre et hormonal. Le stérilet en cuivre inactive les spermatozoïdes et les empêche d’atteindre l’ovule. Le stérilet hormonal contient un réservoir de progestatifs qui diffuse en continu via la cavité utérine et amincit la muqueuse utérine, la rendant impropre à la nidation d’un œuf dans l’utérus, et épaissit la glaire cervicale pour entraver l’ascension des spermatozoïdes dans l’utérus. Le stérilet en cuivre a tendance à provoquer des règles plus longues et plus abondantes, alors que l’hormonal entraîne parfois des pertes irrégulières et des effets secondaires ( prise de poids, maux de tête, déprime…).
• Les spermicides
Les spermicides sont des substances chimiques qui détruisent les spermatozoïdes. Placés dans le vagin quelques minutes avant le rapport sexuel, ils jouent le rôle de substance contraceptive.
Les spermicides existent sous forme de capsules, crèmes, d’ovules, tampon et d’éponges. Cela dit leur taux d’efficacité n’est que de 75%. Ils peuvent être associés à d’autres moyens de contraception comme les préservatifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *