Chasse à la débauche à Casablanca

C’est vers les premières heures du matin du jeudi 5 février que les éléments de brigade mondaine de la PJ près la sûreté de Casablanca-Anfa ont effectué une descente sur une villa située à la rue Le Littoral, au quartier Aïn Diab. A ce propos, les limiers ont déjà accueilli des informations faisant état que la villa en question, appartenant à un ressortissant saoudien, abrite de temps à autre, des ressortissants étrangers, notamment des Arabes du Golfe, qui viennent y passer du bon temps avec des filles de joie. Les éléments de la Brigade mondaine, qui ne sont pas restés les mains croisées, et qui ont commencé à mener une campagne permanente contre les maisons closes et les lieux de débauche, se sont dépêchés sur la villa en question pour surprendre les ressortissants étrangers en compagnie de filles de joies. Il y avait là deux ressortissants saoudiens, dont le propriétaire de la villa, un Soudanais et un Libanais, chacun avec l’une des cinq filles de joie, dont l’âge varie entre dix-huit et vingt-quatre ans. Ces dernières recevaient des sommes dépassant les mille dirhams pour une nuitée. Tout ce beau monde a été conduit devant le procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Casablanca-Anfa, qui a décidé de les poursuivre en état de liberté provisoire pour débauche et aménagement d’un lieu de débauche. Il s’agit de la troisième opération effectuée dernièrement par les limiers de la Brigade mondaine de Casablanca-Anfa. Ceux-ci avaient déjà arrêté des Saoudiens, des Libanais et des Soudanais dans une villa au quartier côtier Aïn Diab et dans une maison close au quartier Maârif à Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *