Cinq conventions signées pour impliquer les différents partenaires : Tanger promeut les droits de l enfant

Cinq conventions signées pour impliquer les différents partenaires : Tanger promeut les droits de l enfant

La ville du détroit a été choisie pour fêter les droits de l’enfant. C’était à l’occasion de la première convention «Jeunes pour les droits de l’enfant», dont la séance inaugurale a été présidée, jeudi 28 novembre, par SAR la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire national des conventions de l’enfant (ONDE). Cette manifestation de trois jours revêtait une grande importance du fait qu’elle coïncidait avec la commémoration du vingtième anniversaire de la ratification par le Maroc de la Convention internationale des droits de l’enfant. «Nous assistons à la concrétisation de la vision de SAR la Princesse Lalla Meryem d’impliquer les enfants, depuis leur jeune âge, et de les initier à la résolution de problèmes de leur société», indique Dr Cheick Modibo Diarra, ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco. Selon les organisateurs, cet événement constituait un espace d’échange afin d’évaluer les acquis et les défis du Royaume en matière de défense des droits de l’enfant. Le coup d’envoi de ces travaux a été marqué par la signature de cinq conventions, dont celles conclues entre l’ONDE et les deux départements de l’éducation et de la santé et visant à favoriser, entre autres, l’accès au savoir, la lutte contre la violence dans les établissements scolaires et la santé mentale et psychologique. La signature de l’ensemble de ces conventions permet de «faire impliquer nos partenaires encore davantage dans la promotion de la sécurité et la protection de l’enfant», affirme Amina El Malki Tazi, vice-présidente de l’ONDE.

Cette manifestation a réussi à réunir près de 2.000 personnes, en particulier des anciens ainsi que des membres du Parlement de l’enfant, aux côtés de militants des droits de l’Homme, d’experts, d’acteurs associatifs et de personnalités. Ils ont discuté de différentes thématiques portant sur les droits de l’enfant, dont la protection juridique des enfants, la lutte contre l’exploitation à des fins sexuelles ainsi que la défense de ses droits à la lumière des Objectifs du millénaire. 

Il est à noter qu’en marge des travaux de cette première convention s’est tenu un forum animé par des jeunes en provenance de plusieurs pays autour d’un modèle développé par les Nations Unies. Ce modèle a «pour but de sensibiliser les participants aux techniques de négociations internationales», selon les organisateurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *