Circuits écotouristiques : Un safari pour découvrir la faune et la flore du parc du Souss-Massa

Circuits écotouristiques : Un safari pour découvrir la faune et la flore du parc du Souss-Massa

Ce projet s’étale sur une superficie de 30 ha avec un circuit pédestre aménagé pour accueillir le public avec une signalétique adaptée, et qui permettra aux touristes d’avoir accès à une aire protégée avec la possibilité d’observation de la faune sauvage en toute sécurité.

Les circuits écotouristiques du Parc national Souss-Massa (PNSM) représentent un produit touristique susceptible de contribuer à la diversification et l’enrichissement de l’offre touristique de la destination Agadir, tout en réconciliant l’homme et la nature.

Le PNSM, créé en 1991 dans la région située entre Agadir et Tiznit, représente un patrimoine national qui témoigne de la richesse et la diversité biologique en espèces rares et endémiques, ainsi qu’en écosystèmes naturels et paysages.

Ce parc à moins de dix minuites à vol d’oiseau d’Agadir donnera à la destination la possibilité d’avoir des produits touristiques de qualité liés au milieu naturel pour s’ouvrir sur les activités écotouristiques et de récréation tout en restant dans un cadre naturel de conservation des ressources naturelles.

Dans la perspective de partager les richesses de ce territoire avec les visiteurs d’Agadir et pouvoir en faire le fer de lance des produits du tourisme durable de la région du Souss-Massa, un nouveau circuit pédestre sera ouvert aux visiteurs dans les prochaines semaines. Ce projet s’étale sur une superficie de 30 ha avec un circuit pédestre aménagé pour accueillir le public avec une signalétique adaptée, et qui permettra aux touristes d’avoir accès à une aire protégée avec la possibilité d’observation de la faune sauvage en toute sécurité. Le coût global de ce projet est de trois millions DH financé par le Haut-Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.

«Plusieurs initiatives seront menées pour faire connaître ce nouveau circuit avec tout un programme de signalétiques qui sera déposé sur les axes routiers, des rencontres BtoB pour expliquer aux différents partenaires le travail accompli. Des actions sont également en cours avec le CRT d’Agadir et le Conseil régional pour installer des panneaux sur la balade côtière d’Agadir, en vue de donner l’information touristique en mesure d’attirer les touristes vers cet espace», explique Mohammed El Bekkay, directeur du PNSM.

Et de poursuivre que «pour les familles marocaines ce sont seulement les adultes qui vont payer 45 DH par personne pour y accéder. Alors qu’un programme parallèle est lancé pour former des guides locaux afin d’assurer le rôle d’interprétation du milieu naturel».

Ce nouveau circuit s’ajoute à ceux déjà commercialisés par le PNSM, en l’occurrence le Circuit de découverte de la nature et qui est matérialisé sur une longueur de 5 km. Ce dernier présente une vue panoramique sur l’Oued Massa, offre une balade à dos d’âne avec des accompagnateurs locaux équipés et formés par la direction du parc, et permet d’apprécier la beauté et la nature de la réserve.

Le Circuit ornithologique s’étale sur 3 km, est aménagé le long du même Oued et permet d’observer des oiseaux d’eau. Des guides ont été formés et équipés en matériels optiques et ornithologiques pour accompagner et interpréter le circuit de la visite.

Quant au Circuit sentier de randonnée en pleine nature, il permet de voir de près une faune saharienne, l’autruche d’Afrique du nord, l’addax, l’oryx, en plus d’un habitat dunaire riche en oiseaux.

Ces circuits constituent un véritable atout susceptible de diversifier l’offre touristique de la destination Agadir. Dans ce sens, le PNSM dispose de nombreuses potentialités naturelles et d’une richesse culturelle à même d’en faire une grande destination écotouristique du Royaume en mesure de séduire des milliers de touristes et visiteurs.

Ce dernier présente un paysage dunaire façonné par l’érosion éolienne. Il se distingue par une végétation diversifiée composée de 300 espèces de mammifères, 35 espèces de reptiles et 250 espèces d’oiseaux qui ont trouvé refuge dans cette zone laquelle abrite la plus importante population sauvage d’ibis chauve dans le monde. Le parc sert également de lieu pour la réhabilitation d’une faune saharienne aujourd’hui disparue du grand sud marocain.

Ainsi différents écosystèmes sont représentés dans le PNSM : des steppes, des falaises, des dunes littorales, et des zones humides de grande importance pour l’hivernage d’un grand nombre d’oiseaux migrateurs du paléarctique occidental. La région du PNSM est considérée comme le premier noyau de protection au sein de la Réserve de la biosphère d’arganeraie (RBA). Le secteur de Rokein avec 250 ha d’arganiers et les secteurs d’Arouiss d’Ouled Noume avec quelques arbres épars sont aujourd’hui les seuls endroits où cet arbre endémique existe encore dans le parc.

Le PNSM présente la particularité d’englober des zones avec des entités écologiques spécifiques qui se distinguent par une grande diversité faunistique et floristique. D’une grande valeur botanique, les peuplements d’euphorbes sont utilisés par la population locale pour la production du miel d’euphorbes très appréciées pour leurs qualités nutritives et pharmaceutiques.

Faisant partie des zones de conservation des ressources naturelles, les deux réserves de faune du PNSM sont destinées à l’acclimatation et le développement d’une faune saharienne aujourd’hui disparue du sud marocain. Elles se distinguent par une végétation naturelle adaptée aux milieux dunaires.Depuis plusieurs années, le parc a vu l’introduction de l’oryx algazelle, l’addax, et l’autruche d’Afrique au nord. Cette opération s’inscrit dans le cadre du programme de réhabilitation de la faune saharienne au Maroc et vise à constituer un troupeau de base pour repeupler les aires protégées des régions sahariennes, augmenter les attraits touristiques du PNSM, et préserver un patrimoine génétique pour le maintien de la diversité biologique du Sud marocain. Ce parc abrite l’un des oiseaux les plus rares au monde, en l’occurrence l’ibis chauve, avec une population qui compte 116 couples nicheurs et près de 580 individus, cet oiseau est l’élément le plus remarquable au sein de l’avifaune de la région du Souss-Massa.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *