Colère et jalousie meurtrières

Colère et jalousie meurtrières

Mohammédia, lundi 25 octobre 2004. Deux heures après la rupture du jeûne. Des fidèles viennent d’effectuer la prière d’Al ÃŽcha et des Tarawih, des amis et voisins des quartiers discutent dans des cafés tout en sirotant leurs verres de thé et de café, alors que d’autres ont choisi de rester chez eux pour regarder la télévision. Un homme, pourtant, A. T, 42 ans, n’était ni dans une mosquée, ni dans un café, ni même chez lui, à derb Marrakech, juste après la rupture de jeûne. Il est sorti une fois avoir bu son verre de café et fumé sa première cigarette. Personne ne sait au juste pourquoi il est sorti aussi vite ni quelle était sa destination. Lui seul le savait et n’en avait parlé à personne. Il a gardé son secret pour lui-même après avoir pris sa décision.
Une décision qui semble aussi inconcevable qu’effrayante et qui aura de terribles répercussions sur son avenir, ainsi que sur celui de son ex-femme, J.A, 32 ans et leurs deux filles âgées respectivement de quinze et treize ans. Bref, il a décidé de liquider son ex-femme. Pourquoi veut-il mettre fin aux jours de la mère de ses deux filles? Pourquoi projette-t-il de réduire ces dernières à l’état d’orphelines de mère, sans soutien moral et matériel ? Pourquoi s’engage-t-il dans un crime qui lui coûtera cher? Quelle est donc cette haine qu’il porte à son ex-femme au point qu’il pense à la supprimer ? Des interrogations légitimes puisque son ex-femme ne lui a rien reproché depuis qu’il l’avait répudiée en 1995 et puisque leur relation amicale a persisté bien que leur relation conjugale eût pris fin depuis neuf ans. Certes, elle lui réclamait de temps en temps la pension alimentaire, mais sans incident, car elle était consciente de sa situation matérielle.
Leur relation remonte à trente-deux ans, autrement dit depuis le premier jour de la naissance de J.A. Absurde ? Non, puisqu’ils sont des cousins, issus d’une même famille originaire d’Azilal. Quand elle est née en 1972, il avait dix ans. Elle a grandi devant ses yeux et, au fil des années, il avait fini par tomber amoureux d’elle. Ils se sont mariés vers la fin des années 80. Puis, A.T a regagné Mohammédia, en compagnie de sa femme, et a travaillé comme garçon de café. Sa femme qui a appris le métier de “Neggafa“ a commencé à l’aider. Au fil du temps, leur vie s’était améliorée surtout que le métier de l’épouse rapporte un peu plus que celui du mari notamment en été. En 1989, ils ont eu la première fille et la deuxième deux années plus tard.
Toutefois, quelques années après, leur relation a commencé à connaître des orages, au point qu’ils sont arrivés à une impasse. Depuis, la vie commune était devenue impossible et a débouché sur le divorce.
Seulement, leur relation amicale a survécu bien qu’elle connaissait de temps en temps des moments de tension. Cependant, il semble avoir regretté de l’avoir répudiée. Pour cette raison, il n’a cessé de lui demander de reprendre la vie conjugale parce qu’il l’aimait d’une part et d’autre part pour veiller ensemble sur l’éducation de leurs deux filles. Il n’a pas désespéré neuf ans après leur rupture. À chaque fois, il l’a suppliée. Seulement, elle n’a pas pu agir contre le gré de sa famille qui s’opposait à la reprise de leur relation conjugale. Et la conséquence ? Il a commencé à avoir des soupçons sur ses intentions. “Elle pourrait avoir une relation avec un autre homme avec lequel elle pense se remarier“. Cette idée a commencé à lui hanter l’esprit au point qu’il a préféré la tuer plutôt que de la voir en compagnie d’un autre homme. Et c’est sur cette base que sa décision a été prise.
Après avoir quitté sa demeure à derb Marrakech, il l’a suivie jusqu’au moment où il l’a remarquée dans un cybercafé du derb Chabab. Il savait qu’elle le fréquentait souvent.
À ce moment, elle surfait sur la toile d’Internet. Elle était totalement absorbée par ses recherches. Tout à coup, elle a été surprise par un coup de coutelas dans le dos.
Elle a poussé un cri strident qui a mis les cybernautes sous le choc. Hébétés, ces derniers ont assisté à une scène horrible et monstrueuse. Ils n’en ont pas cru leurs yeux quand ils ont vu A.T en train d’égorger son ex-femme comme il le ferait pour un mouton, avant de prendre la fuite.
Alertés, les éléments de la section judiciaire de la sûreté de Mohammédia se sont dépêchés sur les lieux pour encercler derb Chabab et mettre la main sur l’auteur du crime qui n’a pas pensé au sort de ses deux filles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *