Comment gérer le stress dans son équipe

Comment gérer le stress dans son équipe

Gérer le stress dans son équipe fait partie des missions prioritaires de tout manager. Ce dernier doit, en effet, veiller à placer son équipe dans les meilleures conditions afin de lui éviter toute crise. Il est vrai que parfois, manager par le stress peut donner des résultats très rapides et procurer une certaine autosatisfaction. Mais tous les spécialistes du stress sont d’accord sur un point : ce type de gestion est “court-termiste”, terriblement solitaire pour le manager et, in fine, conflictuel. A long terme, le meilleur calcul pour un manager est donc d’aider son équipe à bien gérer le stress. Pour cela, deux mots d’ordre : écoute et finesse.
Une chose est sûre, il faut d’abord détecter le stress dans son équipe. C’est peut-être une évidence, mais mieux vaut la rappeler : pour gérer le stress, il faut savoir le détecter. Afin de cerner la situation, le manager peut s’appuyer sur des outils d’évaluation, par exemple sous forme de questionnaire. Ce questionnaire doit permettre aux salariés d’exprimer les points positifs et négatifs qu’ils ressentent dans leur travail. Mais le manager ne doit pas se limiter à ce seul questionnaire. L’observation est également un détecteur de stress très utile, d’autant que les symptômes sont nombreux : physiques, physiologiques, moraux, psychologiques, relationnels, intellectuels ou professionnels.
Au quotidien, le manager doit avant tout être attentif au moindre signe de stress chez ses collaborateurs afin de réguler le problème avant qu’il ne prenne de l’importance. Le manager doit éviter de jouer la carte "copain" dans ses relations avec l’équipe, au risque de déstabiliser certaines personnes et de provoquer des conflits d’intérêt. En revanche, une qualité est à entretenir : l’écoute.
Par ailleurs, le premier réflexe pour le manager face à un phénomène de stress détecté chez l’un de ses collaborateurs est d’être disponible et attentif.
Le stress n’est pas qu’un phénomène individuel : il peut devenir collectif et "s’auto-entretenir" par un mouvement circulaire, en passant d’un collaborateur à un autre. Ici, le manager doit se montrer volontariste. Ainsi, si certains problèmes sont identifiés, l’action est à ce moment-là nécessaire. Car faute d’agir, le manager risque à son tour d’alimenter ce stress collectif.

• Source : management.journaldunet.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *