Comment les parents doivent affronter la crise de l’adolescent

Comment les parents doivent affronter la crise de l’adolescent

L’adolescence est la période la plus délicate de la vie d’un être humain. C’est durant cette phase de changement physique, psychologique et physiologique de l’enfant que se fait le choix de la voie à suivre. Et selon les psychologues-sociologues, les parents ont un rôle essentiel sur le développement des adolescents, ils sont les miroirs de leurs enfants. Pour Fatima El Kettani, psychothérapeute spécialisée dans les problèmes familiaux qui vient de publier le livre «Comment gagner ton enfant ado», «ce sont les parents qui doivent être éduqués à bien se comporter avec leurs adolescents». Cette phrase qui résume son guide pour parents d’adolescent peut choquer plus d’un. C’est pourtant, pour elle, ce qu’il faut pour bâtir une relation saine avec son enfant adolescent : avoir une vision claire, un comportement lucide et une méthode cohérente de l’éducation et des principes qu’on veut inculquer à nos enfants. Mais ce que vivent les parents au quotidien avec leurs adolescents c’est bien de la confusion, de l’incompréhension, de l’inquiétude, de l’angoisse, des crises et des affrontements… Des sentiments, des réactions et des situations qui, malgré l’amour et les bonnes intentions des parents, induisent à commettre plein d’erreurs avec le rapport à l’adolescent. Qui est cet adolescent, est-il une personne normale ? Comment devons-nous, nous parents, nous comporter avec lui ? Comment doit-il se comporter avec nous? «L’adolescent, c’est l’enfant qui croit devenir adulte, c’est l’adulte que les parents prennent toujours pour un enfant», nous explique Dr El Kettani. C’est la phase des changements et des contradictions par excellence et parfois des dérives. Cette phase commence à partir de dix ans pour les filles et 14 ans pour les garçons et prend fin vers les 19 et 21 ans. Mais, ne peut jamais prendre fin. Outre les changements physiques, psychologiquement, l’ado devient cet individu hyper sensible aux commentaires, remarques et critiques de ses parents. C’est ce qui le rend rebelle allant jusqu’à défier ses parents, ses enseignants et refusant tout ce qui représente l’autorité. Selon Dr El Kettani, cette sensibilité provient du fait que l’ado a besoin qu’on reconnaisse sa personne, son existence, sa personnalité, son identité, et ses désirs. Bref, il a besoin qu’on le respecte. Il commence à s’intéresser au sexe opposé, il devient maladroit, rêveur et son énergie sexuelle devient source d’angoisse. Sur le plan social, Dr El Kettani distingue trois catégories d’ado, l’adolescent équilibré et extraverti, l’ado rebelle et agressif et l’ado introverti et retiré. Chacun est le résultat d’un système parental particulier. L’enfance du premier se distingue par la quiétude et la sérénité dans son rapport avec les parents. Les règles sont claires et parfois établies par le biais de la participation et le dialogue avec les enfants. Les parents sont compréhensifs et font confiance en leurs enfants qui se sentent de plus en plus responsables. «Des fois, les parents ne savent comment dire «non». Soit ils sont (ou l’un des deux) très sévères et extrêmement intransigeants , soit ils sont trop complaisants avec leur enfant acceptant les caprices de ces derniers et se soumettant à leur pression», explique Dr El Kettani. Et d’ajouter : « Ce qu’il faut c’est un « non » dit avec fermeté et lucidité confortant l’autorité des parents et offrant aux enfants un environnement sécurisant et cohérent». Pour cela, Dr El Kettani précise que les parents doivent se mettre d’accord sur la même vision de l’éducation, et être tous deux présents pour l’accomplir. Par ailleurs, l’enfance de l’adolescent rebelle et agressif a été difficile, marquée par la violence dans ses rapports familiaux, la négligence des parents, et l’absence de l’expression affective. Ce qui crée un cercle vicieux: l’enfant est turbulent et les parents ne cessent de le punir pour cela. Pour sa part, l’adolescent introverti et retiré se distingue par sa mélancolie. Il est réservé et solitaire, il se pose plein de questions existentielles cherchant vainement un sens à sa vie et parfois finissant par faire une dépression. Son enfance était marquée entre autres par une instabilité affective et l’angoisse d’être séparée de ses parents. Rappelons que dans la société marocaine, les problèmes de l’adolescence et leurs causes restent peu connus des parents. Pour remédier aux difficultés de cette phase qui se profile dès les premiers jours du nouveau-né, les parents doivent être informés et ne pas hésiter à consulter les spécialistes si le besoin se fait sentir.

Comment savoir dire «non»
Depuis que l’enfant commence à marcher sur ses quatre pieds les «non» commencent. Ne joue pas avec le feu, ne touche pas le verre, ne pleure pas, ne crie pas … Quand il grandit et devient ado, on lui dit ne rentre pas tard, ne parle pas fort, ne fume pas… Mais savoir comment dire non est important. Que ce soit pour les parents , les enfants, les membres de la famille ou les amis et connaissances. « Non » réfère à la fermeté. Cela veut dire que tu sais mettre des limites et tu sais ce que tu veux. Mais pour que son effet soit positif il faut connaître l’objectif de cette négation. Le « non » apprend aux enfants à se respecter et respecter les autres et lui apprend à savoir le dire avec les autres. Le «non» apprend aux enfants à être plus créatifs. Il faut dire non avec conviction et fermeté, sans crier ou faire peur ou frustrer, sans humiliation, sans violence. Parce que la frustration engendre la résistance et le défi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *