Comment réussir son projet personnel

La maturation d’une idée de projet doit impérativement tenir compte d’éléments plus personnels. Les porteurs de projets négligent malheureusement trop souvent cette étape pour se concentrer uniquement sur la faisabilité économique, commerciale et juridique de leurs projets. C’est une erreur ! Choisir de créer une entreprise ne se résume pas à un choix de biens et de services à produire et à commercialiser, c’est aussi le choix d’un mode de vie particulier, qui doit être en cohérence avec les exigences du projet.
La réussite d’une entreprise ne dépend pas uniquement d’évènements extérieurs. Le développement du chiffre d’affaires, l’accroissement des parts de marché et l’apparition d’un bénéfice sont, certes, des événements économiques nécessaires à la pérennité de l’entreprise, mais insuffisants.
En devenant chef d’entreprise, il va falloir passer d’une certaine situation personnelle à une autre, où, par nature, règnent l’imprévu et l’aléatoire. Il faut donc prendre en compte les caractéristiques de sa situation présente et vérifier leur compatibilité avec la situation engendrée par la création de l’entreprise. Il ne faut surtout pas oublier que «créer en catastrophe conduit généralement à la catastrophe».
En outre, on ne crée pas une entreprise sans raison précise. Certaines raisons sont un gage de succès, car il s’agit de motifs impérieux pour lesquels on est prêt à tous les sacrifices. D’autres motivations risquent au contraire de se révéler néfastes pour la bonne préparation du projet, car elles pousseront à monter l’entreprise, quoi qu’il arrive, sans tenir compte de la réalité.
Par ailleurs, un porteur de projet doit posséder une personnalité dont les traits les plus marquants seront, ou non, adaptés aux qualités qu’il est nécessaire de posséder pour mener à bien le projet. Il doit, en outre, faire preuve d’un potentiel, c’est-à-dire une capacité personnelle d’action, de résistance physique, de solidité psychologique, de débrouillardise, de capacité à “rebondir”… Cette capacité sera, ou non, suffisante pour faire face aux aléas du démarrage et de la conduite de l’entreprise.
Il doit également posséder des connaissances et compétences techniques et commerciales de gestionnaire, ainsi qu’une expérience conséquente. Les activités antérieures, en particulier professionnelles, peuvent être un atout important si elles sont en relation avec le projet.
Le professionnalisme est une condition de succès, de même qu’un tissu relationnel important dans le milieu concerné. A l’occasion d’une création, les connaissances et l’expérience acquises demandent, bien souvent, à être complétées par une formation adéquate.
Un long travail de réflexion qui permet finalement de mettre en évidence les contraintes inhérentes au projet afin d’en prendre bien conscience, de considérer si elles sont surmontables et de prévoir de mettre impérativement en regard les parades qui s’imposent.

• (source : www.apce.com)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *