Condoléances royales à la famille de Abdessadek Rabie

Condoléances royales à la famille de Abdessadek Rabie

Suite au décès deAbdessadek Rabie, secrétaire général du gouvernement, à l’âge de 63 ans, survenu mardi 12 juillet à Rabat, Sa Majesté a adressé à la famille et compagnons du défunt un message de condoléances où le Souverain a exprimé  son profond sentiment de tristesse, de peine et de chagrin suite à «l’affligeante nouvelle de la disparition de feu le Pr. Abdessadek Rabie. En cette pénible circonstance, Nous tenons à exprimer à son honorable épouse -sa compagne de toujours- ainsi qu’à son fils vertueux, Ali, et à l’ensemble de ses proches, ses amis et tous ceux qui l’affectionnaient, Nos condoléances les plus attristées, Notre compassion sincère et Notre profonde émotion. Nous implorons Dieu, le Très-Haut, de leur inspirer patience, réconfort, et consolation, suite à la disparition du grand défunt, et face à l’inexorable destin». Sa Majesté le Roi  a ajouté que le départ du regretté disparu «est ressenti comme une immense perte, non seulement pour sa famille, mais aussi pour Notre Majesté et pour le gouvernement du Royaume, perte d’autant plus cruelle que le défunt -que Dieu ait son âme- fut un fidèle serviteur du Glorieux Trône Alaouite, sincèrement dévoué aux valeurs, constantes et institutions sacrées du Royaume». Dans ce message de condoléances, Sa Majesté a mis l’accent sur le brillant expert de la bonne gouvernance de la chose publique qu’était Abdessadek Rabie, «assurant une gestion judicieuse des rouages du Secrétariat général du gouvernement. A ces vertus, le regretté disparu, joignait celle d’une maîtrise peu commune du droit dans toutes ses branches et ses ramifications. Le regretté disparu incarnait le parangon des grands hommes d’Etat, qui ont rempli au mieux, et avec toute la sincérité, le dévouement et l’abnégation voulus, les responsabilités et les devoirs dont ils avaient la charge, en faisant preuve, dans l’accomplissement de leur mission, d’intégrité morale, de sagesse, de courage, de grande compétence et de beaucoup de savoir-faire», a assuré le Souverain en certifiant que durant quatre décennies, Abdessadek Rabie fut le fiable et honnête dépositaire de hautes charges de l’Etat, aussi bien sous le règne Sa Majesté le Roi Hassan II, que le Très-Haut l’ait en Sa sainte miséricorde. «Le regretté défunt a ainsi pu occuper une place particulière, non seulement auprès de Notre Majesté, mais également auprès de tous ceux qui l’ont connu ou côtoyé dans divers organismes, instances ou institutions. Doté d’un esprit encyclopédique, il fut, sans nul doute, une référence en matière de législation ainsi qu’une véritable mémoire juridique. Nous implorons le Seigneur Tout-Puissant de gratifier le défunt de Ses bienfaits pour l’oeuvre combien méritoire qu’il a accomplie et les services louables qu’il a rendus à son Roi et à sa patrie», a conclut Sa Majesté.
Le secrétaire général du gouvernement- Abdessadek Rabie, est décédé mardi 12 juillet à l’âge de 63 ans, suite à une longue maladie. Le défunt est marié et père d’un enfant.
Après avoir suivi des études primaires et secondaires à Marrakech et obtenu un Baccalauréat philosophique, Abdessadek Rabie a poursuivi ses études universitaires à l’Université de Bordeaux où il décrocha le diplôme des études supérieures de droit et le diplôme de l’Institut d’études politiques de Bordeaux ainsi que le certificat d’aptitude à la profession d’avocat qui lui a permis d’effectuer le stage d’avocat au barreau de Bordeaux.
Abdessadek Rabie a occupé plusieurs fonctions. Ainsi en 1974, il devient directeur des études législatives au Secrétariat général du gouvernement. A partir de 1979, il est membre de la Chambre constitutionnelle. En 1985, il occupe le poste de conseiller juridique de l’Ordre national des médecins. Il devient le 22 février 1993 le secrétaire adjoint du gouvernement; puis secrétaire général du gouvernement dans le gouvernement présidé par Mohamed Karim Lamrani, le 11 novembre 1993. Il occupera ce même poste dans les gouvernements présidés par Abdellatif Filali, formés le 7 juin 1994 et le 27 février 1995 et dans les gouvernements présidés par Abderrahman El Youssoufi, formés le 14 mars 1998 et le 6 septembre 2000. Le 15 octobre 2007, il garde son portefeuille de secrétaire général du gouvernement sous Abbas El Fassi. Créé dès la mise en place du premier gouvernement au lendemain du recouvrement de l’Indépendance, le Secrétariat général du gouvernement est dirigé par le secrétaire général du gouvernement, membre du gouvernement avec rang et prérogatives de ministre.
De par ses fonctions, le Secrétariat général du gouvernement est placé au carrefour des institutions de l’Etat. Sa mission essentielle est d’assurer le bon fonctionnement du travail gouvernemental.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *