Congrès constitutif du PRE

Les travaux du congrès constitutif du Parti du renouveau et de l’équité se sont ouverts samedi à Rabat. Le nouveau parti qui est pour un «Maroc meilleur», affirme son attachement à l’Islam, à la monarchie constitutionnelle démocratique et sociale, et aux principes d’un Etat moderne.
A l’ordre du jour des travaux de ce congrès qui a clôturé ses travaux dimanche, figurent l’approbation du règlement interne ainsi que la mise en place des différentes instances du parti.
Dans sa déclaration constitutive, cette nouvelle formation souligne sa détermination à «faire la politique autrement» et de relever les défis politiques, économiques, sociaux, culturels et technologiques auxquels doit faire face le Maroc du troisième millénaire à l’échelle internationale et nationale.
« Devons-nous rester de simples spectateurs passifs alors que notre entité est menacée par les défis du développement scientifique et technologique et des grands groupements économiques ainsi que par les mouvements des capitaux et la fuite des cerveaux? », s’est interrogée la déclaration lue en off au moyen d’un support sur lequel étaient projetées diverses images représentant notamment les thèmes de la famille et l’enfance, la pauvreté, le monde rural et l’entreprise.
La déclaration a en outre passé en revue les problèmes que connaît le Maroc parmi lesquels, « l’absence de développement économique, la montée du chômage, la détérioration des conditions de logement, l’insuffisance des infrastructures, la non conformité du secteur de la santé, la détérioration de l’environnement, la corruption, appelant à mettre un terme à l’anarchie et déplorant « l’absence de courage dans la prise de décision de la part des tenants de la gauche et de la droite ».
Refusant « un Maroc à la traîne des autres pays», la déclaration a fustigé la mauvaise gestion qui est à l’origine, selon elle, de la pauvreté des pays.
Le président du comité préparatoire du congrès, Chaquir Achahbar, a appelé à analyser avec sérénité les problèmes qui se posent sans exclusion aucune, soulignant la nécessité de l’établissement d’un programme pragmatique présentant les solutions dans des délais respectables, donnant la priorité aux investisseurs marocains et ouvrant des chantiers à travers le pays pour absorber le chômage.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *