Consolider l’axe de la paix et de la modernité

Le conseiller politique du Président Moubarak, Oussama El Baz, a indiqué que les entretiens entre les deux chefs d’Etat porteront sur les sujets qui préoccupent la Oumma arabo-islamique à l’heure actuelle, et en premier lieu la question palestinienne ainsi que les efforts internationaux visant la relance du processus de paix afin de permettre à ce peuple de recouvrer ses droits légitimes, y compris la libération de son territoire et l’instauration d’un Etat indépendant ayant Al-Qods pour capitale. Cette rencontre au sommet évoquera, a-t-il précisé, la crise irakienne et les efforts déployés aux niveaux arabe et international pour écarter le spectre de la guerre et trouver une issue à la crise dans le cadre des Nations Unies et par les moyens diplomatiques.
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mohamed Benaïssa, qui a transmis en décembre dernier un message écrit du Souverain au président Moubarak, a fait part de l’engagement du Président Moubarak, lors de l’audience qu’il lui a accordée, d’impulser les relations entre Rabat et le Caire et de la détermination de l’Egypte de développer la coopération bilatérale pour répondre aux attentes des deux parties et renforcer leurs liens multiformes.
L’Egypte et le Maroc oeuvrent activement à asseoir un espace de coopération régionale, a poursuivi le ministre, mettant l’accent sur la coordination entre les deux pays dans le cadre du processus de Barcelone pour le développement du partenariat euro-méditerranéen, et de la déclaration d’Agadir, initiée par le Souverain, pour la mise en place d’une zone de libre-échange entre les pays arabes liés par un accord d’association avec l’Union européenne (Maroc, Egypte, Tunisie et Jordanie). Cette initiative constitue le noyau d’une zone de libre-échange à l’échelle du monde arabe, a ajouté M. Benaïssa.
Selon des sources diplomatiques, il est prévu que les relations bilatérales et les moyens de développer la coopération dans le sens des accords conclus entre les deux pays, soient au centre des discussions lors de cette visite.
Il est également prévu, à cette occasion, que Rabat et le Caire conviennent de la date de la tenue de la session reportée de la Haute commission mixte. Cela dit, en dépit du cadre légal adéquat et des incitations accordées, le volume des échanges entre Rabat et le Caire, selon des responsables et experts économiques des deux pays, demeure en deçà du niveau escompté, fixé à 100 millions de dollars à la fin de l’année précédente.
Actuellement, le volume global des échanges commerciaux entre les deux pays ne dépasse pas 60 millions de dollars, outre certains investissements privés en matière d’infrastructure, d’énergie, de mines et d’industries légères et alimentaires, soit environ 12 millions de dollars.
Cette faiblese est due, selon les mêmes sources, à des causes techniques et bureaucratiques qui continuent d’entraver la mise en application des dispositions de l’accord de libre-échange stipulant l’exonération totale ou partielle des tarifs douaniers et taxes à effet similaire, sur plus de 70 types de marchandises.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *