Coopération universitaire

«Gouvernance universitaire et exigences de la réforme au Maroc», est le thème de la première rencontre entre les secrétaires généraux des universités françaises et marocaines. Cette rencontre est organisée du 27 au 29 janvier à la faculté des sciences de l’éducation à Rabat. Elle s’inscrit dans le cadre du programme de coopération entre la conférence des présidents des universités françaises et la conférence des présidents des universités marocaines pour appuyer la réforme universitaire au Maroc, approuvé lors de la rencontre tenue au Maroc en novembre dernier.
Lors de la séance d’ouverture le conseiller de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France au Maroc, Jean-Christophe Deberre s’est félicité du renforcement des relations inter-universitaires entre le Maroc et la France. M.Deberre a précisé dans son intervention que l’autonomie de l’université est un vaste chantier qui exige des compétences et une mobilisation. Il a qualifié de positif le pas «considérable» accompli par le Maroc dans le cadre du rapprochement avec la France et «l’arrimage à l’espace européen». D’autant plus que cette mission dans le domaine universitaire, selon le conseiller de l’ambassade de France au Maroc, a toute son importance et a un sens plus large qui s’inscrit dans le cadre du rapprochement entre le Maroc et l’Europe.
L’université marocaine est en «pleine réforme» a noté de son côté Abderrahmane Rida, secrétaire général de l’université Mohammed V (Souissi, Rabat). Il a souhaité que le réseau des secrétaires généraux des universités marocaines, jusqu’ici informel, soit un outil de mutualisation des outils de gestion et en même temps de conception et de réalisation d’activités de formation continue du personnel administratif des universités. M.Rida a insisté sur la mobilisation des secrétaires généraux des universités marocaines pour réussir les projets de développement des universités. «Ce serait leur modeste contribution pour réussir la réforme de notre système universitaire» a ajouté le responsable marocain.
Les secrétaires généraux des universités françaises et marocaines «sortiront avec un calendrier précis des actions concrètes à mener ensemble dans le domaine de la gouvernance universitaire» a assuré M.Rida. Pour sa part, Mme Monique Ronzeau, secrétaire générale de l’université René Descartes (Paris 5), vice-présidente de l’association des secrétaires généraux d’universités et établissements universitaires français, a mis l’accent sur le «grand défi». Celui qui consiste à répondre aux attentes des secrétaires généraux des universités marocaines en termes d’accompagnement de la réforme qui se met en place au Maroc et à lancer «très concrètement et avec un programme d’actions qui se poursuivra sur le long terme» une collaboration fructueuse.
Les représentants des universités françaises et marocaines se mettront en liaison pour activer la coopération bilatérale et permettre la réalisation dans les délais de ces actions. Un comité exécutif conjoint «CEC» sera mis en place pour assurer le suivi et la réalisation de ce plan d’actions. A l’issue des travaux de cette rencontre, les participants se sont mis d’accord pour le lancement d’un plan d’actions à mener conjointement dans les plus brefs délais possibles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *