Corniche de Tanger : la fin de l’anarchie

Corniche de Tanger : la fin de l’anarchie

Les travaux de réaménagement de la corniche de Tanger vont bon train. La perle du Nord a entamé, il y a quelques semaines, un nouveau plan visant l’embellissement de sa corniche. C’est ainsi que les autorités municipales démolissent des parties des murs de restaurants et autres cafés installés tout au long de la plage de cette ville. Taoufik Zerdoun, chef de cabinet à la wilaya de Tanger, affirme que cette opération a été entamée après une concertation avec l’association des propriétaires en collaboration avec la commune, l’Agence du nord ainsi que la wilaya de Tanger. 
Dorénavant, et dans l’objectif de dégager la vue sur la mer pour les passants, la longueur des murets sera de seulement un mètre. « Les travaux de destruction ont débuté depuis la première semaine de Ramadan.
Nous avons choisi cette période parce que ces restaurants ne travaillaient pas durant ce mois. À la wilaya, l’aménagement de la corniche est l’une des priorités pour Tanger », dit-il. Et d’ajouter : « les propriétaires de ces cafés balnéaires n’ont pas été indemnisés. Avec ce plan de réaménagement, leurs locaux vont même être revalorisés. En fait, libérer la vue sur la mer est une plus-value pour eux. La corniche sera complètement réaménagée dans les prochains mois ».
La vue de ces gravats tout au long de la plage rassure les habitants de la ville du détroit sur l’avenir de leur corniche. «Il fallait arrêter ces constructions qui nous privaient d’un beau panorama!
Aujourd’hui, la corniche est plus belle et appartient à tout le monde. Je pense que cette opération bénéficiera davantage aux propriétaires de ces cafés qui vont recevoir plus de clients », lance une jeune Tangéroise habituée des balades en bord de mer. Même son de cloche du côté d’un hôtelier qui trouve que le réaménagement de la corniche est un pas déterminant pour renforcer la vocation touristique de Tanger. « Notre ville est en pleine extension et appelée à connaître un développement dans divers domaines. Ce plan de réaménagement doit s’étendre  pour concerner toute l’infrastructure touristique de la ville », annonce-t-il. Par ailleurs, la ville de Tanger se prépare pour recevoir un événement d’envergure.
La perle du Nord aura, en effet, l’honneur d’accueillir en mars 2006 les prochaines Assises internationales du tourisme.
Cette manifestation sera l’occasion de faire le bilan du plan Azur, à mi-chemin de l’échéance 2010. Au début de cette semaine, le réaménagement de la corniche a atteint ses dernières phases. « Les travaux entamés au début du mois d’octobre sont réalisés à hauteur de 75%.
Et ce sont les autorités municipales qui sont chargées de la destruction de ces murs cachant la vue sur la mer. Cette opération concerne en fait une vingtaine de restaurants et cafés», affirme Mustapha Morchid, chef de la division technique à la wilaya de Tanger. 
En fait, la baie de Tanger est en train de connaître une nouvelle restructuration.
À titre d’exemple, le projet Ghandouri a été conçu pour donner un nouveau souffle touristique à la ville. D’un coût global de 240 millions de dirhams, ce projet de la Caisse de dépôt et de gestion est situé en front de mer sur la route de Ksar Sghir. Tanger veut désormais être ouverte, joliment, sur la mer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *