Coups d’épée mortels

Ils viennent de quitter leur travail, à Nador. Mohamed et Abdellah sont deux amis inséparables . Ils ont presque le même âge. 27 et 30 ans. Depuis leur première rencontre, il y a une dizaine d’années, sur les bancs du collège, ils sont devenus des amis qui se voient souvent, partagent leurs secrets, leurs aventures, leurs projets d’avenir, leurs rêves et leurs déceptions . Quand ils ont quitté leur boulot, ce mercredi 12 novembre, un jour de ramadan, vers 15h, ils se sont mis à errer à pieds. Ils marchaient sans destination, bavardaient, rigolaient, conversaient, jusqu’au moment où ils se sont retrouvés au marché des légumes, situé au quartier Ichoumay, sans doute pour perdre du temps avant l’appel à la rupture du jeûne. Ils continuaient à converser. Tout à coup Mohamed est touché par une voiture qui roulait vite sans considération aux piétons. Heureusement qu’il n’a pas été fauché violemment et n’a donc pas été blessé. Pourtant, il a crié. L’automobiliste n’a freiné que quelques mètres plus loin et descendu de sa voiture pour s’excuser auprès de Mohamed qui semble très nerveux. « Tu ne respecte pas les piétons… », lui reproche-t-il sur un ton menaçant. L’automobiliste continuée à s’excuser. « Je sais que je suis fautif, pardonne-moi… », le supplie-t-il. Mais en vain. Mohamed est au comble de la nervosité et n’accorde aucune considération aux interventions des gens qui voulaient les réconcilier. L’automobiliste semble très calme, puisqu’il est retourné dans sa voiture sans manifester la moindre nervosité. Mais la réalité est loin de là. Il est plus excité que Mohamed. Les badauds qui suppliaient Mohamed sont surpris par l’automobiliste qui se dirige vers lui avec un objet en fer à la main. Surexcité, personne n’a pu empêcher ce gaillard d’avancer vers Mohamed. Ce dernier a reculé de quelques pas. Un retrait qui n’a pas empêché l’automobiliste d’avancer davantage dans l’intention de l’attraper. Seulement, Mohamed est arrivé à s’éloigner de lui. A ce moment, son ami, Abdellah est intervenu auprès de l’automobiliste pour lui demander de s’en aller. Ce dernier ,hors de lui, lui a asséné un coup, puis un deuxième. Criant et demandant secours, Abdellah qui était désarmé, a couru vers son ami, le sollicitant de retourner chez eux pour s’armer d’objets tranchants. Effectivement, ils n’ont pas perdu beaucoup de temps. Leurs domiciles ne sont qu’à quelques mètres du marché. Abdellah est revenu avec une épée à la main. ils sont retournés au marché pour chercher l’automobiliste. Il y était encore. Les badauds lui demandaient toujours de s’en aller sans trop de problèmes. Mais il continuait à insulter et à défier ses vis-à-vis qui venaient de se manifester. les badauds ont reculé devant les armes blanches, craignant d’être touchés par l’épée. L’automobiliste n’a pas baissé les mains, il a continué à menacer, à insulter et à injurier. Sans la moindre hésitation, Abdellah lui a asséné un premier coup d’épée sur l’épaule, puis un deuxième au ventre. L’automobiliste s’est effondré et les deux amis sont tenus debout devant le cadavre dans l’attente de la police. Alertée, cette dernière s’est dépêchées sur les lieux pour arrêter les deux amis et les mettre entre les mains du Parquet général près la Cour d’appel qui les a poursuivis pour homicide volontaire avec préméditation, guet-apens et complicité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *