Courrier des lecteurs : Ce que je propose au Premier ministre

L’intégrisme qu’il soit religieux, ethnique et politique ne naît pas dans le vide. Aussi bien en Allemagne d’Adolf Hitler qu’à l’époque actuelle, l’intégrisme se développe à l’ombre de la crise et à la faveur de la multiplication de plusieurs facteurs à la fois endogènes et exogènes.
En ce qui concerne le Maroc, il va de soi que la situation catastrophique (chômage, corruption, prostitution, misère, analphabétisme, etc.), constitue une terre fertile et un berceau pour les intégristes.
Le Maroc, aux dires des chiffres publiés par des experts, ne se porte pas du tout bien, et je désire à travers cet article, rappeler au Premier ministre son devoir par rapport aux inquiétudes de ce peuple, ses peurs du présent, ses angoisses quant à la montée de l’intégrisme et à l’avenir de ses enfants. Les chiffres disent que le Maroc compte plus de 50% d’analphabètes, loin derrière nos voisins Tunisiens ou Algériens, ces chiffres doivent vous faire rougir de honte et bondir de dépit. De nos jours, aucun pays ne peut prétendre au progrès avec une grande majorité de sa population en marge du savoir et privée de connaissance, les nations fortes sont celles, Monsieur le Premier ministre, qui misent sur le potentiel humain en matière d’enseignement et d’apprentissage.
La population active reste relativement faibles (30% de la population) et le taux de chômage réel et déguisé avoisine les 40% de la population active. Seule la solidarité familiale colmate les brèches et permet de maintenir des équilibres sociaux extrêmement fragile (30% de la population subvient aux besoins de 70%), la pauvreté n’est pas une fatalité Monsieur le Premier ministre; 9 millions de personnes sur les 30 dépensent moins de 58€ par mois, plus de 110 000 universitaires sont au chômage, 50% seulement des enfants en âge de scolarisation sont admis dans l’enseignement ce qui veut dire qu’un enfant sur deux est voué d’office à l’illettrisme. Dans ce cas, il est clair que la situation décrite ci-dessus constitue une terre fertile et favorable à la montée de l’intégrisme, ce phénomène de nature réactionnaire peut engendrer au Maroc des désordres sociaux dangereux, voir des explosions sociales incontrôlables. Le but des intégristes n’est pas seulement de porter atteinte au processus démocratique et à son pluralisme à la fois politique et religieux, mais surtout d’amener le pays dans le désordre totae. Ce courant s’y trouve actuellement en tant que force politique potentielle aux contours encore diffus, mais qui attend juste l’heure et les conditions favorables pour exprimer toute sa réalité. Avez-vous, Monsieur le Premier ministre, assez de temps pour éradiquer ce courant?

• Dalil-Essakali My Abdeljalil
Doctorant en droit international à l’université Robert Schuman (Strasbourg)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *