Courrier des lecteurs : Droit de réponse : L’ONT réagit

Courrier des lecteurs : Droit de réponse : L’ONT réagit

Suite à la parution dans «Aujourd’hui Le Maroc» N°810 du vendredi 7 au dimanche 9 janvier 2005, d’un article intitulé «des offices à réformer d’office» dans lequel un paragraphe évoque l’ONT en tant qu’office à scandales, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir insérer le droit de réponse, ci-dessous, conformément aux dispositions du code de la presse. L’auteur du passage consacré à l’ONT a fourni aux lecteurs des informations qu’il n’a pas vérifiées ou recoupées, soit auprès de l’organisme en question, soit en prenant connaissance des textes réglementaires et de lois auxquels il fait allusion et qui ont trait à certains aspects que son article soulève. Pour ce qui est de la transformation de l’ONT en société anonyme, celle-ci n’est pas prévue en 2003, comme l’auteur l’affirme à tort.
En effet, l’article 20 ter de la loi 16/99 qui est entré en vigueur en mars 2003 stipule que « L’Office national des transports prend, au cours de la période courant de la date d’approbation de la présente loi et jusqu’à l’expiration de l’année qui suit sa date d’entrée en vigueur, pour transformer son statut juridique d’établissement public en société anonyme, en ce qui concerne les missions à caractère commercial et de service qui lui sont imparties en vertu de la présente loi ».
Or depuis cette date, le ministère de tutelle, en application de cette loi, a pris toutes les mesures pour la transformation de l’ONT en S.A. L’ONT se réjouit d’ailleurs, de la récente adoption par la Chambre des représentants des textes correspondants, alors que la Chambre des conseillers a entamé le même processus, il y a quelques jours.
Gestion de l’Office.
Qualifiant la gestion, de l’ONT de lacunaire, ce qui n’est pas le cas, du moins, depuis août 2001 puisqu’une nouvelle direction générale a été nommée, avec comme mandat, de procéder à la restructuration, au redressement et à la préparation de l’ONT à affronter la libéralisation du secteur des transports routiers de marchandises dans les meilleures conditions possibles, parallèlement à la mise à niveau de l’entreprise dans les domaines de la gestion des ressources humaines, la restructuration du réseau de ses agences qui sont passées de 48 à 35, la réorganisation de ses services centraux et extérieurs, la mise en oeuvre d’un nouveau système d’information et le lancement d’une nouvelle stratégie commerciale aux fins de repositionner stratégiquement l’ONT dans le marché et d’en faire une entreprise leader et profitable dans le transport et la logistique…
D’ailleurs, les résultats nets des années 2002 et 2003 le prouvent puisqu’ils sont respectivement de 64,4 millions de dh et de 75,6 millions de dh, alors que ce résultat était déficitaire auparavant.
Vieillissement du parc, prolifération de l’informel et système d’agrément. Ces trois aspects ne relèvent en aucun cas des attributions de l’ONT selon la loi les régissant ; d’ailleurs il suffisait au rédacteur de l‘article, de se renseigner sur la loi ou de parcourir dans la presse, les interviews données par le Directeur Général de l’ONT et autres articles consacrés au secteur par différents organes de presse pour s’en rendre compte.
Disparition des vignettes d’approvisionnement du parc automobile de l’Etat en carburant et réparations. Lors de l’arrêt des résultats comptables de l’exercice 1999/2000 relatifs à la gestion du système des vignettes mis en place pour servir les administrations et les organismes publics en carburant et réparations de véhicules automobile, les services compétents de l’ONT ont relevé un manque. Des plaintes ont été portées devant le procureur général auprès de la Cour spéciale de justice pour enquête, celle-ci a concerné 57 accusés. En interne, pour une meilleure maîtrise de la gestion du système et sa protection, l’ONT a pris un train de mesures dont principalement la mise en oeuvre d’un système de suivi informatique des vignettes d’approvisionnement du parc automobile de l’état en carburant et réparation depuis leur impression jusqu’à leur consommation, reposant sur les codes à barres et la lecture électro-informatique de la vignette durant les différentes étapes de sa manipulation, les rendant quasiment inviolables. Enfin, pointant du doigt l’ONT, à tort, le rédacteur de l’article souligne qu’il n’a pas su accompagner l’évolution du secteur des transports et illustre « cette carence » par exemple de la réforme du système de calcul de la vignette automobile.
A ce niveau, la confusion chez l’auteur est frappante. Même si le sujet ne concerne pas l’ONT, l’auteur veut-il parler de la vignette automobile payée annuellement par les propriétaires de voitures ou de la taxe à l’essieu ? A lui de répondre, une fois ses idées mises en ordre et clarifiées et ses informations vérifiées.

• Zouhair El Assouli
Directeur Chargé du contrôle,
de gestion et d’audit interne à l’ONT

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *