Courrier-des-lecteurs : Français, ne tirez pas sur les arabes !

Suite à la vague raciste liée à l’affaire du RER D, je vous envoie ma réaction, en tant que citoyen français d’origine marocaine. Comme tous les citoyens issus de la colonisation, je me sens insulté, bafoué et humilié par le système médiatique français, verrouillé par une élite qui continue à vendre de la propagande à nos concitoyens français, ô combien ingnorants de notre situation dans ce pays ; Malgré le mauvais temps, la grisaille parisienne et l’absence de congés, nous étions en vacances quand même. En vacances après cette saison terrible, qui a débuté il y a plus d’un an autour du « voile ». Chacun d’entre nous a pu vérifier l’énorme capacité des médias et des politiques à fabriquer l’opinion et dicter la pensée unique et rassurante, puisque « tout le monde le dit »: les musulmans menacent la République. La pensée unique a donc traversé toutes les tendances idéologiques pour produire une curieuse alliance: un front uni contre « le péril vert ». Les antiracistes d’hier se sont retrouvés avec leurs ennemis contre « la gangrène islamiste » : on ne va pas polémiquer pour une fois que tout le monde est d’accord, l’ennemi est unique! La semaine dernière, comme par hasard, un rapport des RG mentionne l’inquiétante montée du repli communautaire dans les cités de France.
Le journal “Le Monde” lance les hostilités, rapidement la propagande s’emballe, les médias n’attendaient pas un rapport si « riche » de projets, de reportages suffisants pour meubler l’été et amorcer la rentrée scolaire, qui risque d’être « sensationnelle » avec le retour à l’école des 1.500 filles voilées à travers la France! Est-il admissible que la France entière se mobilise à coup de propagande contre quelques « barbus » ignorants et laisser se creuser le fossé entre la France et ses cités, installées volontairement par les politiques racistes depuis plus de vingt ans? Est-il permis de parquer des populations aux origines semblables dans des cités périphériques et leur reprocher de s’être repliées dans ces quartiers? A-t-on demandé des comptes au communautarisme « choisi » de certains quartiers aisés de la capitale? Il n’y a que la mauvaise foi, pire, la haine qui peut tenir ce langage.
Le coup de grâce est venu dimanche matin au réveil, peu importe le canal choisi, on vous servira le RER D au petit déjeuner, quoi ? Encore les Arabes et les Noirs. Ceux qui crient au scandale lors de l’utilisation de cet adjectif à l’égard de Sharon n’hésitent pas une seconde à qualifier ces « jeunes » de « nazis » (voir la chronique d’Eric Fottorino – le Monde du 12/07). Avant de disséquer les faits, les opportunistes politiciens et autres fascistes convertis en républicains ne pouvaient pas laisser cette occasion passer sans montrer du doigt le danger islamo-terroriste qui rode dans nos trains. L’agressivité a franchi un pallier significatif, la prudence peut vite être taxée de passivité, pire, de complicité à l’égard des nasillons, voire des islamo-gauchistes. Même la gauche « populaire » (PC, MRAP, LDH…) a vite déployé ses capacités d’indignation avant d’être accusée par la multinationale des potes (SOS Racisme, Ni Putes Ni soumises…) d’être à l’origine du nouvel antisémitisme. La réaction officielle de l’Etat français ne s’est pas fait attendre. Rassurant, le chef de l’Etat veille sur ses concitoyens.
Le Premier ministre fustige la passivité devant l’agression « antisémite » ; quoi de plus normal? En revanche, l’opportunisme manipulateur des protecteurs de Sharon en France est intolérable. Tout est bon pour fustiger la critique d’Israël. Claude Goasguen( député UMP), fervent défenseur de Sharon, n’a pas hésité à expliquer cette agression par l’excès de « la critique du capitalisme » et des « nantis » ; il est même allé plus loin en sommant le gouvernement français de « changer sa politique à l’égard d’Israël ». Le président du CRIF a appelé les imams à changer le discours de la haine.
La directrice de l’organe de propagande pro-sharon (proche-orient.info) Elisabeth Schemla n’est pas en reste, elle dit toute sa saturation devant ces indignations, elle n’accepte plus qu’on condamne tous les racismes, parce que, d’après elle, les agresseurs sont clairement désignés : « Ce sont les mêmes qui agressent Israël ». Ce « braquage » sémantique est révélateur de l’objectif unique des ultra-sionistes de France: accabler les populations « arabo-musulmanes » de tous les maux et rendre ainsi la cause palestinienne moins sympathique aux yeux des Français, une première étape pour forcer la main au gouvernement français sur la cause palestinienne. Ces ultras ne reculent devant rien, la manipulation qui a suivi l’affaire d’Epinay sur Seine ne les a pas empêchés de recommencer leurs mensonges.
Pour les ennemis de la coexistence pacifique en France, il n’est pas sûr que cette « claque sévère » serve à quelque chose. La récidive est certaine. Faut il rappeler l’affaire du rabbin Fahri, l’affaire Alexandre Moïse, président de la Fédération sioniste de France, qui a porté plainte contre les nombreuses menaces qu’il s’envoyait lui-même avant d’être confondu et condamné, la fameuse affaire d’Epinay où un malade mental a poignardé plusieurs personnes de diverses origines, alors que les organisations communautaristes insistaient sur la singularité de l’agression du jeune juif ?
Non Mme Schemla, cette affaire est révélatrice d’un mouvement de fond, provoqué par cette fâcheuse course victimaire, manipulée par les protecteurs de Sharon. Concernant nos médias de la haine, il n’y a guère plus d’espoir, en plus du ridicule et de l’absence de rétrospective ; dès jeudi matin ils se défaussent, aucun mot pour les populations stigmatisées et jetées en pâture, pire ils regrettent par anticipation la prudence «obligée» pour la prochaine fois.
Alors, que devons nous faire? Encaisser les coups? On sait faire. Crier à l’injustice et la manipulation? Trop tard ! Les caméras sont parties, elles seront de retour, au plus tard, à la rentrée, voile oblige! D’ici là restez tranquilles, vous êtes dans le collimateur de la République, cette même République qui vous sert la discrimination au nom du principe « nul n’est parfait ».

• Rachid Kidai
Consultant en organisation

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *