Courrier-des-lecteurs : La dernière cartouche de Basri

L’ex-ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur (la virgule est de rigueur), donne rendez-vous à son public le 27 juillet 2004 sur la chaîne française FR3 dans le cadre de journal le 19/20. Top ou flop ?
Forte envie de se venger.
ça y est, le fruit est mature ! Basri, l’ex-vizir à l’Intérieur a décidé de tirer sa dernière carte. Ou peut-être sa dernière cartouche. On espère en tout cas qu’il ne s’agira pas d’un tir à blanc, comme savent bien le faire les cavaliers de la fantasia de Chaouia-Ouardigha, région où il a grandi. Basri a des choses à dire. Il a choisi sciemment France 3 pour au moins deux raisons. Que voici.
Primo : FR3 est une télé régionale donc identifiée dans l’opinion publique comme une chaîne indépendante du pouvoir central. Deusio, cette télévision pas moins publique a des problèmes avec les services marocains. Trois de ses journalistes dont le controversé Joseph Tual ont été retenus au Maroc durant la première semaine d’octobre 2000 : la DST les soupçonnait de vouloir prendre des photos dans une zone militaire d’Errachidia, où existe une importante base des Forces Royales Air (BAFRA).
Imaginez qu’une équipe de 2M est surprise en train de rôder à Longvic (banlieue sud de Dijon) où est implantée une grande base aérienne. La police française ne va pas quand même offrir le champagne aux journalistes !
Donc Basri applique la théorie qui dit «l’ennemi de mon ennemi est mon ami» et choisit en conséquence le plateau de FR3 pour lancer sa «bouteille en mer» ainsi que le même Joseph Tual qui a une dent contre le Général Hamidou Laanigri, patron de la DST au moment de l’arrestation du trio de F3, et lequel Basri ne peut pas sentir. Pour des raisons plus professionnelles que personnelles, même si Basri a toujours essayé de personnaliser ses rapports tendus avec certains hauts gradés du corps de la Gendarmerie royale, qui n’apprécient pas qu’un civil même ministre marche sur leurs plates-bandes.
Maintenant que va dire Basri ? Ou plutôt qu’a-t-il encore à dire ? Depuis qu’il a été limogé en novembre 1999 par SM le Roi conformément à la Constitution en vigueur, limogeage suivi d’une décoration du Cordon Alaouite de l’Ordre du Trône et d’un verre de thé à la Primature, chez Abderrahmane Youssoufi. Nul doute que le seul fonctionnaire qui est passé de l’échelle 8 au septième ciel en 20 ans fera d’énormes vagues pour que sa « bouteille » arrive vite sur le rivage.
Selon des bruits de couloir, Basri a été conseillé de ne pas divulguer des secrets d’Etat que sa fonction de ministre de l’Intérieur lui aurait permis de connaître. On est à peu près certain qu’il ne s’aventurera pas sur ce terrain même si l’envie de se venger lui donne des démangeaisons. Basri se grattera donc longuement la tête avant de surfer cette vague.
Par contre Basri essayera tout pour s’attirer les bonnes grâces de Sa Majesté, seule autorité capable de le tirer du pétrin où il s’est engouffré. On imagine donc qu’il répétera qu’il est le serviteur éternel de la monarchie et qu’il est prêt à tout sacrifier pour elle.
Une proposition en cas de panne sèche : offrir tout l’argent indûment amassé à la Fondation Mohammed V pour la solidarité.

• C.A.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *