Courrier des lecteurs : Meknès : l’agence urbaine se défend

Courrier des lecteurs : Meknès : l’agence urbaine se défend

Suite à la lecture de l’article «Meknès, les raisons d’un bras de fer», nous avons l’honneur de vous écrire afin d’exprimer notre déception du fait que seul le point de vue de Mlle la Directrice ait été publié en ce qui concerne les « protestations menées par les syndicats ». Ceci fausse la réalité, étant donnée que Mlle la Directrice fait tout ce qui est dans son pouvoir pour minimiser la gravité de la situation et bâillonner les personnes qui osent la contredire. La preuve, la pseudo-réunion qu’elle a tenue avec le personnel de l’Agence au lendemain du brainstorming tenue à Ifrane les 17,18 et 19 juillet, où au lieu de présenter le résultat de ces journées, Mlle la Directrice a fait un speech se résumant à : « Je suis nommée par Dahir et tant pis pour les mécontents » !!!!!
Aussi, il nous a paru nécessaire de reprendre quelques points de votre article :
1- La situation problématique que connaît le personnel de l’Agence n’est en rien « le reflet d’un conflit entre l’ERAC C/S et l’Agence Urbaine », mais le résultat du comportement tyrannique, abusif et arbitraire de Mlle la Directrice. En effet, loin de la politique de transparence, de concertation et de communication qui aurait permis à chacun d’adhérer à une vision commune, Mlle la Directrice ne pense qu’à imposer ses points de vue et ses «caprices personnels», et ce en bafouant les droits les plus basiques de l’être humain : dignité, liberté d’expression, respect des acquis, vie familiale et sociale saine…
2- Le bureau syndical affilié à la FDT ne mène aucune protestation et ne représente que 13% du personnel de l’Agence. De plus, ce bureau a été créé par des chefs et chargés de département sous l’instigation de Mlle la Directrice qui pensait avoir trouvé là un moyen de ne dialoguer qu’avec des personnes de son choix et ne revendiquant que ce qu’elle est prête à donner ;
3- Les doléances citées dans votre article ne correspondent en rien à celles émises par le bureau syndical affilié à la CDT et qui représente 72% du personnel. Aussi, sachez qu’avant d’arriver aux «protestations», ce bureau a vainement tenté d’instaurer un dialogue avec Mlle la Directrice mais qu’il s’est constamment heurté à une porte close.
Les doléances de ce bureau et de l’ensemble des personnes qui y sont affiliées sont élémentaires et devraient exister dans toute administration qui se veut moderne :
– La justification de toute décision administrative afin d’éviter les abus de pouvoir qui sont devenus monnaie courante (refus des congés, mutation, refus d’autorisation d’absence exceptionnel pour passer des examens, dégradation, refus de titularisation, etc)
– La transparence et la communication pour assurer un climat de travail sain et éviter la propagation de rumeurs et menaces de la part des chefs et chargés de département, chose qui est nuisible au bon déroulement du travail.
– La définition des tâches de tout un chacun, et notamment des chefs de département qui, loin de leur rôle d’encadrement et de gestion, ne sont jusqu’à présent que des messagers entre Mlle la Directrice et le reste du personnel, et des dispacheurs de courrier !!
– La mise en place de critères d’évaluation cohérents en concertation avec les représentants du personnel: Mlle la Directrice a élaboré une fiche d’évaluation du rendement «top confidentiel» contenant pas loin de trente critères applicables à tous les postes et grades (de la femme de ménage au responsable, en passant par les chauffeurs, les agents de haute maîtrise et les cadres) et où le rendement se trouve noyé au milieu de critères comme «le sens des réalité », « le bon sens», «l’ouverture d’esprit», « la curiosité» , …
– La concertation en ce qui concerne la restructuration de l’organigramme de l’Agence Urbaine pour une meilleure adhésion du personnel. Cette restructuration se fait dans le grand secret créant ainsi un climat de « terreur » du fait que du jour au lendemain l’on peut se trouver muter ailleurs sans raison apparente: ceci prend généralement des allures de sanction et non de redéploiement du personnel. D’autant plus que certains responsables en profitent pour proférer menaces et/ou promesses.
– Ne pas privilégier et faire de ségrégation entre le personnel.
– Ne pas utiliser de propos blessant ou d’injures à l’encontre du personnel. Ainsi, vous voyez que ceci est loin d’être une question de climatiseur ou d’uniforme pour les femmes de ménages, qui pour information sont des réclamations du bureau syndical affilié à la FDT.
Pourtant, en parlant d’uniformes, il faut savoir que les chauffeurs et femmes de ménage bénéficiaient annuellement d’un nouvel uniforme contrairement à cette année où seul le chauffeur personnel de Mlle la directrice (qui la conduit même au hammam ?!) a eu le privilège de recevoir, en récompense à son allégeance, un costume, un téléphone portable, l’autorisation d’utiliser la voiture de service en dehors des horaires de travail et une indemnisation plus importante. Qu’est ceci, si ce n’est de l’injustice ?
En ce qui concerne le siège de l’Agence, qui est également une doléance du bureau affilié à la FDT, il est à signaler que le projet de son changement a été initié par le prédécesseur de Mlle la Directrice car:
– la location de quatre étages dans un immeuble d’habitation coûte à l’administration 600 000, 00 Dhs par an. Dans ce cas n’est-il pas logique de penser à investir dans un nouveau siège ?
– certains bureaux sont installés dans des salles de bain et cuisine (mauvaises conditions de travail : absence de fenêtres, odeurs nauséabondes…)
Pour finir, nous exprimons notre grand souhait que ces éclaircissements puissent faire l’objet d’un article car il est regrettable qu’en ces temps où l’on cherche activement à s’insérer dans un processus de globalisation, de modernisation et de valorisation des ressources humaines, un haut responsable nous fait revenir plusieurs années en arrière en instaurant un système bureaucratique totalitaire où l’absence de souplesse et d’humanité aliène toute motivation et esprit d’initiative.
En vous remerciant d’avance, veuillez agréer, Monsieur, nos sincères salutations.

Fonctionnaires de l’Agence
Urbaine de Meknès

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *