Courrier des lecteurs : Pour une nouvelle acception de l’Administration

En effet, l’administration est le "microcosme" de l’Etat.  Elle  en est l’expression dans toutes ses strates, qu’elles soient politiques, économiques ou sociales. Un Etat souverain et démocrate agit sur ses organes pour répliquer sa philosophie du pouvoir. Il instaure aussi les moyens de contrôle et de suivi pour veiller à leur « observance »  par le truchement de dispositifs législatifs et exécutifs.
Un certain penseur et politologue disait «chaque peuple a le gouvernement qu’il mérite ». Cette phrase a ses fondements, une fois placée dans son contexte historique et dans la réalité démocratique,  qui stipule que les élus sont issus du peuple qui les désigne au suffrage universel.  La maturité, l’expérience de la démocratie et du sens civique marquent des étapes et des jalons dans l’histoire des évolutions des peuples.
Par ailleurs, toute expérience démocratique n’est point achevée, elle constitue un processus, une construction pierre à pierre dont l’évolution n’est jamais aboutie. L’ancrage des sociétés dans un monde changeant et mobile les expose à des situations en constante évolution,  les amène à la révision et à l’adaptation de leurs modes de gouvernance. Le degré de réactivité et de compétence d’un  système politique réside, justement, dans son aptitude à anticiper, à maîtriser cette  évolution et à ne pas la subir.
L’administration marocaine a ses spécificités, ses mécanismes issus de l’histoire et de la « culture du pouvoir». Le territoire de l’administration agissait, dans l’imaginaire des citoyens marocains, comme un espace exogène disposant de ses propres codes et de ses propres acteurs.
(…)
Loin de faire l’inventaire ou le diagnostic de l’administration marocaine, inutile pour la simple raison qu’on n’avance pas en fixant son rétroviseur.
L’objectivité serait de comparer cette administration à des équivalentes ayant disposé d’un « encombrement historique » identique et sur une trajectoire temporelle similaire.
Il serait  aussi aberrant de l’inscrire dans un registre de valeurs européennes émanant d’autres affluents historiques. Le Maroc est un pays jeune. Sa force est dans sa capacité de se rétablir et de se reconstituer en terre assemblant des atouts tangibles qui en feraient le «dragon économique» de l’Afrique. À l’instar des pays asiatiques qui, quelques années en arrière, étaient à peine discernables sur l’échelle économique mondiale.
Cette vision d’un Maroc fort et riche de potentialités se fera à force de convictions, de talents, de travail et surtout portée par des hommes nouveaux pour une vraie dynamique partenariale entre le citoyen et l’administration,  assemblés autour d’un même objectif : Servir avec passion les intérêts du Maroc!

Dr Mounir Ferram
Enseignant et chercheur universitaire (France)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *