Crime atroce à Tétouan

Crime atroce à Tétouan

Quelques jours après le meurtre d’un septuagénaire tué à l’intérieur d’une mosquée par son gendre à l’aide d’une hache, la ville de Tétouan vient de nouveau d’être secouée par un autre crime de sang d’une extrême barbarie. Le cadavre d’une jeune fille âgée de vingt-trois ans découpé en plusieurs morceaux, a été découvert à la sortie de la ville dans un état lamentable. A leur arrivée sur les lieux de la découverte macabre, les éléments de la brigade criminelle dépendant de la Police judiciaire n’ont remarqué aucun indice de nature à les mettre sur la piste du meurtrier. Pas de trace s ni d’empreinte . La tâche immédiate était de procéder à l’identification de la victime qui n’avait pas le moindre papier d’identité sur elle. Il a fallu attendre le résultat du laboratoire scientifique pour savoir que le cadavre était celui de Aïcha , née en 1980 et issue d’une famille composée de cinq membres. Elle est la seule fille de la maison et de ce fait, elle a toujours eu une importance particulière auprès des siens. Aïcha a suivi ses études jusqu’au lycée où elle avait redoublé la même année à deux reprises avant d’être renvoyée. Avant de rompre avec sa scolarité plus exactement au cours de sa dernière année, elle avait fait la connaissance d’un jeune homme qui travaillait comme agent de la Sûreté nationale, dépendant de la sécurité publique. Aïcha était tombée folle amoureuse de ce policier doté très sympathique et d’une sérénité exceptionnelle. En fait, Aïcha est native de Marrakech et c’est dans cette ville qu’ils s’étaient rencontrés la première fois. Le policier s’était rendu dans la Ville Ocre pour un déplacement professionnel. Ils se sont aimés et promis de s’épouser, se jurant de passer le restant de leur vie ensemble, pour le meilleur et pour le pire. Un an après leur rencontre, un imprévu se produit et chamboule complètement le courant de leur belle histoire d’amour. Le policier s’était rendu à Marrakech sans prévenir sa bien-aimée. A son arrivée au quartier où résidait sa fiancée, il l’aperçoit avec un jeune homme, main dans la main. Après un instant de réflexion, il décide de repartir sans la rencontrer, il ne voulait pas chercher à comprendre et de toute façon, les choses sont claires pour le policier. La femme qu’il avait choisie pour être la mère de ses enfants est infidèle. Il repart aussitôt après son arrivée et rejoint la ville de Tétouan où il exerçait son travail. Après une longue absence ,sans donner aucun signe de vie, Aïcha décide de le rejoindre sans savoir qu’elle était soupçonnée de trahison. Elle frappe à la porte de la maison, le policier surpris de voir celle qui l’a humilié, la tire par les cheveux à l’intérieur et lui demande des explications. Aïcha qui paraissait ne pas comprendre de quoi il s’agissait, commence à protester de son innocence. C’est à ce moment-là, que l’homme s’empare d’un couteau de cuisine et, dans un état second, le lui enfonce en plein coeur. Le coup est fatal. Aïcha tombe et peu de temps après, elle rend son dernier soupir. Peu après, une folle idée lui traverse la tête. Pour se débarrasser du corps, il le découpe en plusieurs morceaux qu’il emballe dans des sacs en plastique et quitte son habitation comme si de rien n’était. A la sortie de la ville, le policier se débarrasse des morceaux de sa victime et rentre chez lui. Il ne choisit pas la cavale, et reprend son travail en toute tranquillité. Entre-temps, les enquêteurs de la PJ s’étaient déplacés à Marrakech et grâce aux renseignements obtenus auprès des parents d’Aïcha, ils ont arrêté le policier, qui a avoué son crime sans opposer aucune résistance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *