Crise égypto-algérienne : l’Égypte exige des compensations

Crise égypto-algérienne : l’Égypte exige des compensations

L’Égypte renverra en Algérie son ambassadeur, rappelé en novembre en pleine crise autour de la qualification pour le Mondial-2010, si elle obtient des compensations pour les dégâts subis par les intérêts égyptiens dans ce pays, a déclaré, lundi, un responsable gouvernemental. «Nous ne renverrons pas l’ambassadeur d’Égypte en Algérie s’il n’y a pas d’excuses ou de dédommagements pour les dégâts subis par les entreprises et le peuple égyptien» en Algérie, a déclaré Moufid Chehab, secrétaire d’État chargé des Affaires juridiques au journal Chorouq.
Les tensions autour de la qualification pour le Mondial, emportée finalement par l’Algérie, ont été marquées le 12 novembre par l’attaque à coups de pierre d’un bus transportant l’équipe algérienne venue jouer au Caire, au cours de laquelle trois sportifs avaient été blessés. Le match, deux jours plus tard dans la capitale égyptienne, a été suivi d’incidents violents, et des locaux d’entreprises égyptiennes en Algérie ont été attaqués par des manifestants tandis que certains Égyptiens ont eu leur domicile saccagé.
Des incidents sont également survenus le 18 novembre lors du match d’appui joué à Khartoum, présentés par la presse et les officiels au Caire comme des «agressions» contre les supporteurs égyptiens. La crise avait pris un tour diplomatique avec des manifestations au Caire devant l’ambassade d’Algérie, et le rappel pour consultations de l’ambassadeur égyptien à Alger le 19 novembre. Le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a estimé dimanche les dégâts à des dizaines de milliers de dollars, ajoutant que les sociétés égyptiennes visées, dont le groupe de télécommunications Orascom, demanderaient des dommages et intérêts.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *