De la décentralisation de l’éducation

«La réunion des Conseils d’administration des Académies régionales d’éducation et de formation est considérée comme un événement remarquable dans la marche de notre système d’enseignement et une mesure palpable pour la mise en place de la décentralisation ».
C’est en ces termes que Abdellah Saâf, ministre de l’Education nationale, a qualifié la réunion de ces conseils en affirmant qu’elle tranche avec une étape au cours de laquelle la gestion de la chose éducative était du ressort exclusif de l’administration centrale.
Intervenant lors du premier Conseil d’administration de la nouvelle Académie régionale d’éducation et de formation de Taza – Al Hoceima – Taounate , tenu mardi à Al Hoceima, le ministre a assuré qu’en vertu de la loi 07.00 portant création des académies régionales et adoptée par le Parlement au cours d’une session extraordinaire de sa législature 2000/2001, le secteur de l’Education et de la Formation est devenu le premier secteur éducatif public décentralisé d’une manière effective. Et de souligner que les Académies constituent désormais, par la force de la loi, le noyau essentiel au niveau régional jouissant de l’autonomie administrative et financière.
De ce fait, l’académie se trouve placée désormais, au niveau du fonctionnement et de la gestion de la chose éducative, à la tête d’une pyramide constituée de services extérieurs à l’échelon provincial et d’établissements d’enseignement à l’échelon local , a-t-il précisé ajoutant que l’ensemble de ces unités réparties sur tout le territoire national seront dotées nécessairement d’un système décentralisé. Cette réforme conduira inéluctablement, assure-t-il, à la révision des fonctions des services centraux qui assumeront essentiellement les missions relatives à la conception d’orientations nationales arrêtées par le gouvernement, soit la supervision, la coordination, le contrôle et le pilotage de la chose éducative.
La réforme apportera, également, un soutien aux nouveautés pédagogiques et éducatives. Dans le même sens, elle permettra leur intégration au système d’enseignement et l’accompagnement des efforts de décentralisation et de déconcentration par la consolidation de l’autonomie de gestion des unités locales. Aussi, elle participera à l’adaptation du système d’évaluation, de contrôle et d’inspection avec les nécessités de la décentralisation et la distribution « équitable » des moyens matériels et humains dans un souci d’équilibre entre les différentes régions du royaume.
Lors de la discussion de l’ordre du jour dont le budget de l’Académie, les membres du Conseil d’administration ont insisté sur l’encouragement de la scolarisation des garçons et des filles en milieu rural, la création de collèges et d’internats au niveau des communes, l’encouragement à la stabilité des cadres enseignants et l’encouragement de l’esprit de coopération et de partenariat entre l’Académie et les collectivités locales.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *