De l’amour pour rester en pleine forme

De l’amour pour rester en pleine forme

L’étroite relation entre sexualité et santé va de pair avec le rapport de l’amour au corps et à la psyché. Comme s’il nous fallait des études scientifiques pour nous le faire comprendre. Mais bon, ces dernières, nombreuses, des sérieuses aux plus loufoque viennent toutes nous le confirmer, nous l’expliquer avec plein d’indices, de chiffres et de preuves scientifiques. Fini la maladie d’amour, faites l’amour et vous serez guéri. Il n’y aurait même plus de guerre dans le monde. L’amour, une sexualité épanouie, c’est la panacée à tous les maux. Au niveau de la psychologie, par exemple, les chercheurs ont découvert que l’amour est la seule activité qui déclenche autant de neurotransmetteurs comme la dopamine et la sérotonine qui déclenchent les endorphines. Tout ceci grâce à l’ocytocine, la molécule de l’amour qui est responsable du déclenchement de la sensation de plaisir lié à l’orgasme. L’ocytocine, «a aussi un effet protecteur contre le cancer du sein», explique le docteur Frédéric Saldmann, praticien attaché des Hôpitaux de Paris, cardiologue et nutritionniste. Ce dernier a réuni quelques-unes des études les plus pertinentes à ce sujet dans un livre, «La Vie et le Temps». Pour les messieurs, une étude américaine réalisée sur 30.000 hommes avait démontré que l’éjaculation fréquente protégeait du cancer de la prostate. «Les émissions de sperme contribuent au nettoyage régulier de la prostate. On a découvert que 21 éjaculations par mois réduisent le risque de cancer de la prostate d’un tiers », expliquent les chercheurs. Une autre étude sur la fertilité masculine avait révélé que l’amour au quotidien améliore la qualité du sperme. L’étude présentée devant le congrès annuel de la Société européenne de Reproduction et d’embryologie Humaines porte sur 118 hommes, dont le sperme était de qualité inférieure à la moyenne. On leur a demandé d’éjaculer tous les jours pendant une semaine, sans autre changement dans leur style de vie. Au terme de l’étude, la plupart de ces hommes (81%) avaient un sperme de meilleure qualité. Parmi eux, beaucoup étaient passés d’une qualité «mauvaise» ou «moyenne» à une «bonne» qualité. Mais chez 19% des participants, la qualité du sperme avait diminué. A l’instar du sport, les rapports sexuels réguliers permettent également de tenir la ligne : fréquence cardiaque à la hausse, sueurs et sollicitations de nombreux muscles, cuisses, fesses, bras, cou et thorax. Ceci sans parler de l’amélioration du sommeil, la diminution du stress, de l’anxiété ou de la dépression… Ainsi une équipe de chercheurs américains du Tufts Medical Center de Boston et de Harvard, a révélé qu’en moyenne, le risque de crise cardiaque est 3,5 fois plus élevé lors d’une activité physique épisodique qu’au repos. L’activité sexuelle irrégulière engendrerait un risque d’un facteur 2,7. Les chercheurs encouragent alors à pratiquer plus régulièrement, indiquant que pour chaque heure d’activité physique supplémentaire par semaine, le risque de crise cardiaque chute de 45% en moyenne, tandis que celui de mort subite par arrêt cardiaque diminue de 30%. Ceci dit, il reste à déterminer qu’est-ce qu’une sexualité épanouie? Est-ce que cela se mesure en quantité ou en qualité? Et dans quel cadre, comment et dans quelles conditions peut –on la vivre sereinement ? Allez trouver et discuter avec votre conjoint (e). Et vive l’amour!


Les bienfaits de la sexualité sur elle

• La sexualité  prévient l’incontinence urinaire
L’acte sexuel est l’occasion de (re)muscler son périnée, donc de prévenir la survenue des fuites urinaires chez la femme ! Pourquoi ? Parce que lors du rapport sexuel (et surtout pendant l’orgasme), il y a contraction involontaire des muscles du plancher pelvien, ceux qui soutiennent notamment la vessie et l’utérus.
• La sexualité  évite la sécheresse vaginale
Faire l’amour favorise la lubrification du vagin. Pourquoi ? Parce qu’à chaque relation sexuelle, les tissus vulvaires et vaginaux (qui libèrent les sécrétions) sont un peu plus stimulés. Et ce n’est pas tout ! L’exposition de ces tissus au sperme a aussi un rôle préventif car le liquide séminal masculin est riche en prostaglandines (des substances grasses), en protéines et vitamines. Résultat : il nourrit et apaise les muqueuses féminines.
• La sexualité  fait maigrir !
30 minutes de coït feraient perdre jusqu’à 300 calories! Pourquoi? Un, parce que le sexe (comme toute activité physique) entraîne la combustion des sucres et des graisses stockées dans le tissu adipeux. Deux, parce que l’excitation suscitée par l’acte sexuel stimule les récepteurs à la noradrénaline, ce qui amplifie la mobilisation des graisses. 

Les bienfaits de la sexualité sur lui

• Plus d’éjaculations, moins de cancers…
Une étude américaine menée en 1981 sur 6.226 prêtres avait conclu à un effet protecteur de l’abstinence contre le trop célèbre cancer de la prostate. Heureusement, des travaux plus récents sont venus contredire ces résultats! Les scientifiques penchent désormais en faveur d’une activé sexuelle régulière. Selon une enquête parue en 2004 dans le JAMA (The Journal of the American Medical Association) portant sur 30.000 hommes blancs, éjaculer fréquemment protégerait contre ce type de tumeur! L’enquête a révélé que les individus ayant au moins 21 éjaculations par mois (la masturbation compte aussi !), ont 33% de risques en moins de développer la maladie.
• Une arme antistress
Le sexe, c’est l’arme antistress ! Au moment de l’orgasme, le cerveau libère des substances très particulières, les endorphines (sorte de morphine naturelle fabriquée par l’organisme). Ces hormones, joliment baptisées «hormones du plaisir» parce qu’elles entraînent un profond sentiment de bien-être (à l’origine, elles servaient certainement à motiver la reproduction de notre espèce)… ces hormones donc, génèrent aussi un relâchement physique et musculaire (d’où la tendance à s’endormir après l’acte sexuel). Résultat : le sexe, c’est l’antidote à l’anxiété, le remède contre la déprime ou les troubles du sommeil !
• L’amour… c’est bon pour le cœur
Faire l’amour, c’est bon pour le cœur ! Des chercheurs ont montré qu’une activité sexuelle régulière ferait baisser la tension et diminuerait les risques cardiaques. Durant l’étreinte, l’excitation accélère le pouls et la circulation sanguine. Elle déclenche également un déferlement d’hormones (endorphines, adrénaline…) qui serait bénéfique pour le système cardio-vasculaire. Enfin, l’acte sexuel nécessite un effort physique qui non seulement concourt à la tonicité du muscle cardiaque, mais lui permet de brûler des calories… Seule restriction : en cas de maladies cardio-vasculaires graves, les rapports sexuels peuvent être contre-indiqués. Parlez-en à votre médecin.
• La sexualité conserve !
Faire l’amour diminuerait les risques de cancer de la prostate, de problèmes cardio-vasculaires et limiterait le stress. Mais pour certains chercheurs, les échanges de micro-organismes entre partenaires augmenteraient aussi leur résistance immunitaire. Par ailleurs, une étude britannique publiée en 1997 a démontré, chez des hommes de 45 à 59 ans, que ceux ayant au moins deux relations sexuelles par semaine avaient un taux de mortalité deux fois plus bas que ceux qui ne faisaient l’amour qu’une fois par mois…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *