De l’électricité dans l’air

De l’électricité dans l’air

La tension ne cesse de monter au sein de la commune rurale de Mtal à Sidi Bennour. En fait, cela fait maintenant plus de 10 mois que les habitants de cette commune attendent impatiemment que leurs foyers soient raccordés au réseau national de l’électricité. «Mon douar est mis sous tension depuis plusieurs mois par l’Office national de l’électricité (ONE). Mais, jusqu’à aujourd’hui, les foyers ne sont toujours pas alimentés !», se plaint un jeune habitant. Il est à rappeler que le Programme de l’Electrification Rurale Global (PERG) lancé en janvier 1996, en vue d’électrifier le monde rural de l’ensemble du pays à l’horizon 2007, a été bâti sur la base d’un programme participatif. Le financement de ce programme est assuré par les collectivités locales, les foyers bénéficiaires et l’ONE.
Dans ce cas de figure, les collectivités locales devraient participer à hauteur de 2 085 dirhams par foyer bénéficiaire ; une somme qui devrait être réglée au comptant ou à hauteur de 500 dirhams par foyer bénéficiaire par an pendant 5 ans. Les foyers bénéficiaires, quand à eux, participeront à hauteur de 2 500 dirhams par foyer à régler à la demande de l’abonnement ou à hauteur de 40 dirhams par foyer et par mois pendant 7 ans.  Dans ce projet là, la participation de l’ONE est de 60 %. D’une manière précise, la convention signée entre cette commune et l’ONE a défini les obligations des deux parties signataires. C’est ainsi que, selon les termes de cette convention, l’ONE est chargée de la mise à disposition de la fourniture de l’électricité aux habitants, tandis que la commune prend en charge «le règlement de sa participation conformément aux modalités précitées. Cette commune a opté pour un règlement échelonné sur 5 ans». «Ce village, comprenant 96 foyers, a été mis sous tension en date du 8 décembre 2004.
À ce jour, l’ONE est toujours dans l’attente du règlement de la participation de la commune et ce afin de pouvoir délivrer les abonnements de fourniture d’électricité conformément aux termes de la convention», confirme-t-on auprès de cet office. Du côté de la commune, le retard qu’a connu l’opération du raccordement de ce village au réseau national de l’électricité est dû à un problème budgétaire. «Effectivement, les habitants de ce douar n’ont toujours pas d’électricité.
La convention signée avec l’ONE prévoit le montant de la participation de la commune à hauteur de 2 millions de dirhams. Jusqu’à maintenant, la commune ne dispose que de 400 mille dirhams. Pour assurer le reste, nous avons frappé à la porte du Fonds d’équipement communal. Nous attendons toujours sa réponse», précise Larbi Chahim, secrétaire général de cette commune. Entre l’ONE et la commune, les habitants ne savent plus quoi faire. Par ailleurs et dans d’autres régions du pays, notamment le Souss, ce genre d’actions, qui s’inscrivent dans le cadre de la démocratie participative, a donné ses fruits. Au delà de toutes les prévisions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *