De nouveaux abattoirs à Salé

Salé va se doter bientôt de nouveaux abattoirs. Ils seront construits en remplacement des anciens abattoirs situés à Sidi Moussa dont la date d’édification remonte à la période coloniale. En effet, les abattoirs de Sidi Moussa, bâtis en 1929, sur une superficie de 1.400 m2 ne répondaient plus aux exigences quantitatives et qualitatives d’une population en croissance constante. De même, leur situation en milieu d’une agglomération urbaine posait de plus en plus aux autorités un sérieux problème d’hygiène. Les nouveaux abattoirs de Salé seront situés en bordure de la route de Kénitra, dans la commune urbaine de Salé Lamrissa, sur une zone industrielle près du marché de gros de légumes et de fruits récemment inauguré. Les futurs abattoirs seront construits sur un terrain d’une superficie de 11.814 m2 appartenant à la communauté urbaine de Salé, dont la surface couverte s’élève à 7.885 m2 et la surface de circulation (voirie) à 3.929 m2.
La conception des nouveaux abattoirs de Salé a prévu de sauvegarder des dizaines d’emplois. A l’inverse des nouveaux abattoirs de Casablanca qui ont coûté des milliards de dirhams et qui sont restés en jachère pendant plusieurs années, le mode d’abattage des nouveaux abattoirs de Salé serait le poste fixe (travail manuel). Un tel choix a été dicté par le caractère local de la profession et aussi en raison de la sauvegarde de plusieurs dizaines d’emplois qui seront supprimés si un autre mode d’abattage est adopté, notamment le travail à la chaîne, dit mécanique.
Pour ce qui est du volume d’abattage prévu, les nouveaux abattoirs permettront d’assurer plus de 4.780 tonnes de viande bovine par an, ce qui représente quelque 122 têtes par jour, et plus de 3.180 tonnes de viande ovine par an, soit 800 têtes par jour.
Afin de répondre aux normes d’hygiène en vigueur, tout en respectant les règles générales d’abattage, la communauté urbaine de Salé a retenu plusieurs principes pour la construction de ces futurs abattoirs, dont le travail de la carcasse uniquement pendue, l’hygiène stricte des employés et de leurs vêtements de travail avec la mise en place de vestiaires et de bassins aseptiques, ainsi que l’éclairage des locaux, particulièrement dans les points obscurs.
Il est à rappeler que les besoins par mois en matière de viande rouge au niveau des préfectures de Salé-Médina et Sala Al Jadida sont estimés à 230 tonnes d’ovins, (160 tonnes à Salé Médina) et 360 tonnes de bovins, (260 tonnes à Salé Médina).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *