Débat : Abou Hannoud, liquidé par Israël

Vendredi, Israël est parvenu à abattre Mahmoud Abou Hannoud, un des chefs militaires du mouvement islamiste palestinien Hamas, dans le nord de la Cisjordanie, après une traque acharnée. Mahmoud Abou Hannoud et deux de ses lieutenants ont en effet été tués dans la soirée, près de Naplouse, par des missiles tirés à partir d’hélicoptères israéliens sur leur voiture.
« Il s’agit d’un acte de légitime défense par excellence », a déclaré le chef de la diplomatie israélienne, Simon Peres, pour justifier ce triple assassinat.
Cet homme était responsable de la mort de beaucoup d’innocents et il planifiait de nouvelles tueries ». Pour Avi Pazner, porte-parole du Premier ministre israélien Ariel Sharon, la liquidation d’Abou Hannoud est « l’un des plus grands succès de la lutte anti-terroriste menée par Israël».
Traqué par Israël, Abou Hannoud, avait déjà échappé à deux reprises à la mort, en août 2000 puis le18 mai dernier, alors qu’il était détenu dans la prison de Naplouse.
Israël l’accusait d’être à l’origine des deux attentats suicide anti-israéliens les plus meurtriers depuis le début de l’Intifada : celui contre la discothèque Dolphinarium de Tel Aviv, le 1er juin, et celui contre la pizzeria Sbarro à Jérusalem, le 9 août. Ces deux attentats avaient fait 36 morts et plus de 100 blessés. « Ce qui s’est passé est une escalade dangereuse. La réponse sera dure et imminente », a déclaré Ismaïl Abou Chanab, membre du bureau politique du Hamas.
Cette mort a aussi entraîné le rassemblement de plus de 60.000 manifestants, à Gaza et en Cisjordanie, qui ont promis de venger la mort de Mahmoud Abou Hanoud. Dans la bande de Gaza, des haut-parleurs installés dans la ville de Rafah ou le camp de réfugiés de Khan Younès, ont appelé la population à une grève générale de trois jours en hommage à Mahmoud Abou Hanoud.
Le chef de l’autorité palestinienne, Yasser Arafat, est quant à lui arrivé dimanche en Egypte pour rencontrer le président Hosni Moubarak.
Il doit ensuite se rendre au Soudan pour discuter avec le président Omar Al-Béchir, avant de rencontrer en Cisjordanie les deux émissaires américains envoyés dans l’optique d’un retour à la paix.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *