Débats : Déclencher la paix ou initier la guerre…

Débats : Déclencher la paix ou initier la guerre…

Une Fondation déclarée «Hommes de parole», inscrite en Suisse et ayant une adresse à Paris, est sous le contrôle d’une S.A.R.L. «Latitude de Paix» (dont on oublie d’indiquer le capital).
Elle a pour directeur, actif, Alain Michel qui se donne le titre de «Rabbin, docteur en histoire, Jérusalem – professeur de faculté». Elle veut lancer une véritable opération politique sous le couvert de religieux – Dieu seul sait sous quelle influence politique – un 1er Congrès des imams et des rabbins à Ifrane le 31 mai 2004. «Latitude de paix» déclare avoir organisé une marche du Sinaï de la Paix, mais, sans y avoir invité de religieux – dans un Sinaï, symbole de la marche de Moïse pendant quarante ans. Pourquoi donc sont-ils allés dans le Sinaï?
Pourquoi seuls les Palestiniens, ayant une fonction, également «politique», Hassan Al Balawi, membre du service du protocole de Yasser Arafat et Talal Sadir, Imam d’Hébron, proche des Chrétiens et conseiller aux affaires religieuses de Yasser Arafat, ont accepté de participer à ce congrès en terre d’Egypte, pour rencontrer des femmes et des hommes de gauche d’Israël ?
Pourquoi des députés israéliens de gauche, des intellectuels de l’université et de la presse connus pour leur engagement ont, curieusement, été accompagnés, dans une telle marche dans le Sinaï, par « Daniel Shek, porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien ». Pourquoi le rabbin Michel Pierre a-t-il oublié d’inviter dans le Sinaï le moindre représentant d’Egypte ? Où est le caractère religieux de ces «initiatives»?
La « marche du Sinaï » s’étant achevée le 24 avril 2004; dès le 31 mai, le rabbin Alain Pierre aura réussi à obtenir l’autorisation d’utiliser la mention généreuse, mais protocolaire, et non de partenariat, – comme il le prétend dans son invitation -, du «Haut patronage de Sa Majesté Mohammed VI, Commandeur des croyants, Roi du Maroc», pour ce qui est appelé Premier Congrès mondial des imams et rabbins pour la paix, qui doit se tenir sur le site de l’université « Al Akhawayn » à Ifrane? Mais, avant tout, le rabbin compétent, Alain Pierre, indique dans sa brochure du congrès: «Pour le réaliser, nous avons besoin de vos dons dès aujourd’hui» !…
En réalité, si l’on examine la liste des participants déclarés, on ne trouve aucun imam. Ceux qui ont le titre de rabbin, voire de grand rabbin, sont d’anciens responsables d’institutions juives qui ne les ont pas réélus: car les rabbins sont des élus. Seul Alain Pierre s’est attribué ce titre, sans rappeler la réalité de sa secte, plutôt chrétienne… représentant Thomas More qui soutient: «La parole que je prononce, c’est mon être que je tiens entre mes mains ». Où en est, donc, la parole de notre Dieu Unique ?
Voilà le programme du prochain «Congrès des imams et des rabbins» dans lequel on ne verra pas de simples religieux, mais des rabbins véritables militants politiques auprès de camarades, également, militants politiques qui, – comme chacun, il est vrai -, ont le droit de réclamer la «Paix». Pourtant, ceux qui veulent arbitrer les «paroles» des imams et des rabbins à Ifrane, sont ceux de la secte chrétienne de « Latitude de paix » qui ont tenu un congrès en juin 2003 à Caux (Suisse). Ils se disent les responsables, y compris le rabbin Alain Pierre : « A l’abri de toutes pressions médiatiques, politiques ou religieuse». Que pourraient faire les imams et les rabbins contre les pressions… religieuses ?
Cela n’empêche pas «Latitude de paix», moniteur de l’opération, d’aller jusqu’à prétendre mettre un: «contexte au service d’acteurs, de populations en conflit, pour qui des espaces d’échanges et de vérités, sont difficiles à trouver dans une négociation ou un dialogue traditionnel». Comment faire négocier des populations livrées à elles-mêmes dans des espaces sans limites morales ou de vérité ?
Le rabbin Alain Pierre, conducteur de la Marche pour la paix au Sinaï, va enseigner aux responsables politiques, israéliens ou palestiniens, comment choisir la paix, à travers leurs hommes de la religion, qui n’ont jamais exprimé cette prétention? La «vie commune» de ces religieux à Ifrane, hors des pressions politiques ou médiatiques, en dehors évidemment de celle de l’équipe de «Latitude de paix», elle aussi, conduite par le rabbin Alain Pierre, auront la conscience d’être tranquilles. Une équipe des «hommes de parole» ou de «Latitude de paix» aménagera « à chacun des participants des espaces d’ouvertures et de reconnaissance», car, elle les reconnaît «comme composante d’une seule humanité». Mais comment concevoir la notion d’une humanité si avec le Maître Thomas More, chaque humain, « tient son être entre ses mains » ?…
Voilà, précise-t-on cependant «le contexte au service d’acteurs (imam et rabbin) représentant des populations en conflit, difficiles à retrouver dans une négociation ou un dialogue traditionnel». Donc, jusqu’à ce jour, et au moins jusqu’en juin 2004, le monde aura vécu dans le tohu-bohu, dans une incapacité à comprendre ses problèmes, à imaginer la moindre solution à ses conflits. C’est pourquoi, il faut retenir la phrase de la semaine, que toute l’humanité doit se transmettre au nom des «Hommes de paroles» : «Annonce -leur que l’eau doit être partagée entre eux et la chamelle et qu’il appartient à chacun de boire à son tour ». Je ne connais pas cette phrase dans l’ancienne Bible, elle doit, sûrement, se retrouver dans un nouveau commentaire du «Nouveau Testament» concernant l’eau et la chamelle… d’autrefois. Thomas More, le grand prédicateur de toute cette nouvelle production de la connaissance humaine, aurait voulu nous enseigner que la position de sa secte conduite par le «rabbin Alain Pierre», (Jésus a été représenté par Paul-Pierre…) est un arbitre divinatoire. Car il «n’est d’aucun parti, mais reconnaît chaque partie dans son expression et sa vérité»… Il ira encore plus loin, en donnant pour slogan, à cette nouvelle atmosphère de l’humanité, une phrase aussi concrète et aussi terrible « Les religieux ont le pouvoir de déclencher la guerre. Ils ont, aussi, le pouvoir d’initier la paix ». Pourtant, certains de nos fanatismes religieux, des trois religions du Livre, préfèrent initier la guerre qui est plus facile que le déclenchement de la paix…
Une seule question demeure : «Qu’attendent-ils pour initier la paix que nous attendons après tant d’années de guerre? Fallait-il attendre leur rencontre à Ifrane, en l’an 2004?» L’université d’Ifrane a, fort heureusement, gagné une image plus sérieuse, qu’une telle « initiative », portant préjudice à nos religions sacrées du Livre…

• Toute l’information a été relevée sur les sites : www.hommesdeparoles.org et www.latitudedepaix.org

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *