Décès de Zoubaïri : le parquet s’explique

Décès de Zoubaïri : le parquet s’explique

Hassan Zoubaïri Ben Yahia, décédé le 3 septembre dernier dans les locaux de la police à Marrakech, est décédé suite à de graves problèmes de santé en relation avec des troubles du cœur, des artères et des poumons et non à cause de quelques actes de torture. C’est la version que donne, dans un communiqué relayé par la MAP, le parquet de Marrakech.
Le procureur général du Roi près la Cour d’appel de cette ville précise que, comme le révèlent les multiples autopsies et analyses diligentées par la justice, Hassan Zoubaïri a été victime d’une suffocation aigüe après qu’il ait été saisi par des convulsions au moment où il avait été appelé à une confrontation chez la police judiciaire. Cité par une personne impliquée dans les détournements du Palais royal de Marrakech, Zoubaïri a été appelé pour confrontation avec cette personne avec qui il lui arrivait de traiter.
Le parquet affirme que Zoubaïri, qui n’a nullement été mis en garde à vue, avait été transféré suite à son malaise aux services d’Urgences de l’hôpital Ibn Zohr à Marrakech où son décès a été constaté par un médecin. C’était à la date du 3 septembre dernier. Une première autopsie attestera que ce dernier, vivant d’ailleurs avec un seul rein, a été victime de ses problèmes de santé et qu’il n’a nullement subi d’actes de violence ou de torture. Trois spécialistes, de diverses disciplines médicales, sont de cet avis.
La famille de Zoubaïri devait se présenter le 8 septembre pour demander le permis d’inhumer qui lui devait être délivré par les autorités compétentes. Le lendemain, c’est l’avocat de cette même famille qui formule une autre demande pour une nouvelle autopsie et un complément d’analyses médicales. Requête satisfaite puisque, le 12 de ce même mois, les rapports, transmis au parquet, sont remis à l’avocat de la famille et qui confirment que le décès est survenu pour les causes pré-citées et non suite à quelques actes de violence de la part des enquêteurs chargés de l’affaire des détournements du Palais royal. Lesdits rapports confirment également que, suite aux analyses effectuées sur des échantillons de sang et de l’estomac de Zoubaïri, les spécialistes n’ont pas constaté la présence de matières toxiques ou nocives.
Hassan Zoubaïri, né en 1966, est commerçant à « Arsat Lemaâch » à Marrakech. Son frère Mehdi est poursuivi dans l’affaire de détournements qu’aurait connus le Palais royal pendant de longues années. Les vols auraient porté notamment sur le contenu de deux dépôts.
Au total, 19 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire. Le dernier à avoir été arrêté est un infirmier de Marrakech où l’on apprend d’ailleurs que l’instruction a été bouclée et que les présumés coupables de vol qualifié, abus de confiance et recel, entre autres, devraient être jugés dans les quelques jours à venir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *