Décès d’un détenu à Taza : l’autopsie démontre l’absence de traces de violence

Décès d’un détenu à Taza : l’autopsie démontre l’absence de traces de violence

L’autopsie du détenu nommé Mohamed Belhssan, décédé le 13 juillet à la prison locale de Taza, a démontré l’absence de traces de violence sur son cadavre et l’hypothèse d’une mort suite à une crise cardiaque, a affirmé la délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Selon un communiqué de la délégation générale parvenu mardi à la MAP, le prisonnier, qui souffrait de douleurs brusques au niveau de l’abdomen, a été évacué à l’hôpital provincial de Taza où le médecin lui a prescrit des médicaments qu’il a pris dès son retour à l’établissement pénitentiaire. D’après le dossier médical du défunt, celui-ci souffrait, depuis sa détention le 4 septembre 2005, d’une maladie psychiatrique et recevait les soins médicaux nécessaires, indique la même source, précisant qu’il a bénéficié de 123 examens cliniques au dispensaire de l’établissement et de 22 autres à l’hôpital provincial ainsi que des analyses médicales et d’une radiologie. La délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion a informé le ministère public du décès, ajoute le communiqué, soulignant que des éléments de la police judiciaire se sont rendus sur les lieux pour constater les faits.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *