août 22, 2018

 

Décharge de Médiouna : Une unité de traitement et de valorisation des déchets pour régler la situation de 700 chiffonniers

Décharge de Médiouna : Une unité de traitement et de valorisation des déchets  pour régler la situation de 700 chiffonniers

«Nous souhaitons réguler la situation des 700 récupérateurs informels qui travaillent actuellement à la décharge de Médiouna, et ce à travers la construction d’une unité de traitement et de valorisation des déchets», c’est ce que confirme Mohamed Haddadi, adjoint au maire de Casablanca.

Ceci est l’une des nombreuses décisions prises en ce qui concerne la décharge de Médiouna. En effet, la ville de Casablanca sera enfin débarrassée de ce problème environnemental et ce dans 3 mois, avance M. Haddadi. En attendant le lancement d’un appel d’offres international portant sur la construction d’une unité de traitement et de valorisation, les déchets seront ensevelis dans un casier d’enfouissement de 7 ha, pendant une période transitoire allant de 18 à 24 mois, explique Mohamed Haddadi. Ce casier fera partie d’un terrain de 35 hectares appartenant à la commune qui, lui, fera l’objet d’une nouvelle décharge.

Le fond et les flancs de ce casier creusé dans le sol doivent être recouverts d’une membrane imperméable, empêchant le passage du lixiviat et d’autres fluides toxiques dans la nappe phréatique, selon les normes internationales, afin de respecter la nature. En plus de ces décisions, la commune de Casablanca a décidé de basculer vers la valorisation des déchets. Pour l’instant aucune méthode n’a été choisie. Plusieurs procédés sont utilisés de par le monde : méthanisation, incinération…. Une étude est en cours sous la supervision de Casa Prestations. Ce sont les conclusions de cette étude qui permettront à la commune de Casablanca d’être fixée sur la technique de valorisation la mieux adaptée. «Le choix d’une technique de valorisation dépend généralement de la nature des déchets à traiter, mais il faut garder à l’esprit le coût élevé de certaines techniques, en fonction du degré de valorisation. Globalement, nous estimons que la nouvelle unité de traitement des déchets nécessitera un investissement compris entre 3 et 5 MMDH», précise Mohamed Haddadi.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *