Démenti de la Fisa : La canicule n’a pas décimé 20% des élevages avicoles

Démenti de la Fisa : La canicule n’a pas décimé 20% des élevages avicoles

Nous l’avons souligné dans notre édition du  9 août : la canicule ayant sévi  ces dernières jours n’a eu d’impact ni sur la santé ni sur le prix de la volaille.

Du coup l’information faisant état que la vague de chaleur aurait décimé 20% des élevages avicoles n’est pas fondée. Ceci nous a été confirmé par Chawki Al Jirari, directeur général de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA). Les professionnels du secteur sont revenus plus en détail sur ce sujet en partageant en début de semaine un communiqué de presse dans lequel ils démentent catégoriquement les 20% de mortalité de la volaille tel qu’il a été relayé auparavant par certains organes de presse. «Si le chiffre de 20% de mortalité était avéré, les prix auraient augmenté pour atteindre des niveaux excessifs. Depuis l’avènement de la canicule, le marché est approvisionné à un rythme normal et régulier. Les prix se sont stabilisés, le plus normalement possible, dans une fourchette moyenne de 11  à 13 dh au kg vif départ ferme. 

Le chiffre de 20% qui a été avancé est donc faux et non fondé», lit-on de la Fisa. Et d’ajouter qu’«il est clair qu’en période de canicule, les mortalités des élevages pourraient atteindre 5 à 6%, voire plus.  Tout aussi évident qu’il pourrait y avoir des chutes de performances zootechniques de production, qui se traduisent par un ralentissement du cycle de croissance de la volaille. Bien que légèrement élevés, ces taux de mortalité ne sont pas alarmants, et ce, par comparaison au taux normal de mortalité d’un élevage bien géré». Certes, le  chergui (vent chaud et sec) est un facteur  qui déstabilisant notamment pour les éleveurs dont la situation financière demeure difficile. Pour minimiser l’impact de cette condition climatique, la Fisa  indique avoir milité afin de mettre en place des subventions pour l’acquisition de matériel de refroidissement des bâtiments d’élevage avicole. Une requête à laquelle le ministère de l’agriculture a répondu favorablement. Ainsi des subventions adéquates ont vu le jour.

En ce qui concerne le matériel de brumisation, la subvention porte sur  30% du coût avec un plafond de 18.000 DH/bâtiment de 500 m² minimum. S’agissant du système Pad Cooling pour les unités d’élevage excepté l’élevage de pondeuses en cage, l’aide financière est de  30% du coût avec un plafond de 30.000 DH/bâtiment de 500 m² minimum. Le même taux de subvention est défini pour le système Pad Cooling pour les unités d’élevage de pondeuses en cage mais cette fois-ci avec un plafond de 120.000DH/bâtiment de 500 m² minimum. De même, la fédération indique n’avoir ménagé aucun effort pour sensibiliser les aviculteurs à l’intérêt de se doter du matériel adéquat en prévision des vagues de chergui de la saison d’été.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *