Demi-succès de la pilule antitabac

Le taux d’abstinence au bout de sept semaines de traitement avec le «Zyban» est de 46 %. Un an après le traitement toutefois, le nombre de fumeurs ayant définitivement renoncé est de 21%. Avec le timbre seulement, ce taux ne dépasse pas 10 à 15 %, a annoncé le docteur Henri-Jean Aubin, psychiatre au centre hospitalier Emile-Roux à Limeil-Brévannes « Des taux à peu près identiques ont été observés dans une étude portant sur des fumeurs souffrant de maladies cardiovasculaires », a souligné le professeur Bertrand Daudzenberg, chef de service pneumologie à la Pitié-Salpétrière à Paris.
Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité induite par le tabac, mais le risque diminue très rapidement après l’arrêt de tabagisme même que les risques de mortalité chez les fumeurs ayant déjà fait un accident cardiovasculaire, a-t-il précisé.
Le «Zyban», un antidépresseur utilisé depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis, présente la particularité d’agir sur le système de récompense du cerveau, de contrer les symptômes de manque et d’être le seul antidépresseur agissant sur les récepteurs nicotiniques. Plusieurs études sont en cours pour vérifier si l’utilisation du «Zyban», conjointement avec un timbre antinicotinique améliorerait encore l’arrêt du tabagisme. Le professeur Daudzenberg a expliqué que ce médicament n’avait provoqué que 0,026 cas d’allergies parmi les 330.000 patients traités la première année, quelques cas d’épilepsie et aucun décès en relation directe avec ce produit. Ces chiffres sont à comparer, selon le pneumologue, avec les 600.000 décès annuels engendrés par le tabac.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *