Dépolluer Casablanca

Ce système antipollution, selon le directeur des investissements de la Lydec, M. Mohamed Zellou, lors de son intervention à un colloque, organisé jeudi dans la capitale économique sur la problématique de l’assainissement solide et liquide, s’articule, particulièrement, dans un premier temps, autour de deux émissaires marins (canaux d’évacuation) équipés de deux stations de traitement. Il s’agit de l’émissaire d’El Hank (existant déjà à l’ouest de Casablanca) et de celui de Sidi Bernoussi, dont les études et les travaux sont en cours. Ce dernier sera accompagné par un système d’intercepteurs, notamment le long de la côte de la ville, a-t-il indiqué.
Les deux émissaires marins seront renforcés par quatre stations périphériques d’assainissement d’eaux qui vont permettre l’épuration de 23.600 m3 par jour, au profit de 223.000 habitants avec un coût global de 202 millions de dirhams. Selon M. Zellou, la Lydec investira, globalement, dans le cadre du plan quinquennal 2002- 2007, 2,989 milliards de dirhams dans l’assainissement solide et liquide.
Outre la construction de centres antipollution d’eau, la compagnie lyonnaise doit également faire face aux risques d’inondations en utilisant des techniques alternatives et des solutions compensatoires pour ralentir au maximum l’écoulement de l’eau pluviale et ré-infiltrer les ruisselées. Et d’ajouter que l’entreprise prend en compte la contrainte d’assainissement en amont du plan d’aménagement, avec un changement de logique d’évacuation des eaux pluviales, tout en utilisant des techniques éprouvées et standardisées.
Pour faire face à l’urbanisation galopante de Casablanca et de ses régions, la Lydec a créé un bureau de communications centrées (BCC) et dont les objectifs majeurs sont l’amélioration de la qualité de distribution, de télésignalisation, de télémesure, de télé-contrôle et télécommande des principaux ouvrages de distribution, la facilitation et l’optimisation de l’exploitation des réseaux et l’analyse et la prise de décision rapide en cas d’incidents ou perturbations sur le réseau ou sur les amenées. Cette structure vise également à généraliser une banque de données historiques et statistiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *