Déprime et obésité

Déprime et obésité. Deux fléaux, idées noires et kilos superflus, qui provoquent un grand malaise pour les personnes affectées. Des études viennent de démontrer les liens qui existent entre les deux anomalies. Et selon les résultats, la déprime fait grossir les femmes… mais pas les hommes ! Et les personnes obèses sont souvent déprimées. Un mal qui est à l’origine d’un autre ou l’aggrave. Les spécialistes soulignent qu’un déprimé est triste, quelquefois très triste.
Cette tristesse, indiquent-ils, envahit la vie et rend les relations avec les autres difficiles. Elle fait disparaître la motivation, le goût de vivre, trouble la pensée, empêche d’agir. Toutes les activités habituelles, qui exigent un effort, deviennent pesantes et pénibles. La vie est vécue avec une sensation d’échec et de désintérêt, de pessimisme et de doute de soi.
A partir des très nombreuses données de l’étude « Fleurbaix Laventie Ville Santé », les relations entre surpoids, obésité et dépression ont été examinées. Le surpoids ou l’obésité ont été évalués en termes de tour de taille et d’Indice de Masse Corporelle (IMC = Poids/Taille2).
243 hommes et 291 femmes âgés de 30 à 67 ans ont répondu à un questionnaire permettant de calculer un score de dépression. Véritable échelle de la déprime, ce score peut aller de 0, pas déprimé du tout, à 60, extrêmement déprimé. Selon ce test, les victimes d’une dépression vraie diagnostiquée par un médecin ont un score supérieur ou égal à 17 pour les hommes et 23 pour les femmes. Résultats : Un quart des femmes en surpoids ou obèses est déprimé contre seulement 14 % des femmes de poids normal. Par ailleurs, le score de dépression augmente en fonction de l’IMC et du tour de taille.
Les femmes obèses souffrent psychologiquement plus des conséquences de l’excès de poids et ont ainsi plus de raisons d’être déprimées. Quoi qu’il en soit, si une personne en excès de poids se sent dépressive, elle peut penser que son mal est en corrélation avec son poids. Les spécialistes affirment que l’excès de poids peut être soit la conséquence, soit la cause de son état psychologique. Dans les deux cas, il vaut mieux consulter son médecin ou un psychologue.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *