Des hommes de loi hors-la-loi

Le fait divers qui vient de bouleverser les habitants de la ville de Salé est une incroyable et dramatique affaire criminelle. Un avocat du barreau de Rabat et un policier de la même wilaya sont les protagonistes de l’affaire. Ils ne sont pas les seuls impliqués, trois autres individus partagent les mêmes accusations. De quoi s’agit-il alors? Les deux hommes ont créé un commissariat et un tribunal pour juger une femme de ménage accusée d’avoir volé son employeur. Le policier et l’avocat ont décidé de ne pas porter l’affaire devant la justice , ils ont conclu que la bonne devait être jugée par eux-mêmes . Deux hommes de droit ont donc décidé de faire leur propre loi en hors la loi. Le verdict de leur décision est celui de torturer l’accusée jusqu’à ce qu’elle lâche le morceau. A l’intérieur de la maison de son employeur, ils la font jurer de dire la vérité et rien d’autre que la vérité. Votre nom, prénom, date et lieu de naissance. Fatna, âgée de 26 ans. «Fatna, vous êtes accusée de vol de confiance, vous vous déclarez coupable ou non ?». «Je vous le jure que je suis innocente. Je n’ai rien volé et cela fait deux ans que je travaille chez mon employeur avec une grande sérénité et une confiance totale», répond-elle. «Vous ne voulez pas alors avouer votre délit?». «Je vous répète que je ne suis pas coupable et je n’ai absolument rien avoir avec le vol», leur affirme-t-elle. Le policier équipé d’une grosse ceinture commence la torture. Cinq minutes plus tard, l’avocat déguisé en président de la Cour ordonne au policier d’arrêter et reprend de nouveau l’interrogatoire. «Pour une dernière fois que je vous le demande, avouez votre forfait et vous n’aurez rien à craindre», lui demande l’avocat. «Mais je vous le jure que je suis étrange à cette affaire et croyez- moi que je suis une honnête femme incapable de voler», tente-t-elle vainement de se disculper. Le faux président de la fausse cour lui réitère pour la dernière fois la même demande en la prévenant que la torture allait changer de manière et sans aucune pitié. Les larmes aux yeux, la pauvre Fatna n’a rien pu avouer. A partir de ce moment-là , un autre policier en civile qui faisait partie du jury se charge à son tour de la torture et bonjour les dégâts. Un vrai massacre ! Fatna a été rouillée de coups. L’avocat, les deux policiers, l’employeur et son épouse ont été arrêtés par la police de Salé et présentés, hier Mercredi, devant la Cour d’appel de Rabat accusés d’association de malfaiteurs, abus d’autorité pour les hommes de l’autorité et complicité pour l’épouse de l’employeur. Quant à la pauvre Fatna, l’enquête de la PJ a révélé qu’elle était effectivement innocente.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *