Des journaux de l’opposition suspendent leur parution

Des journaux de l’opposition suspendent leur parution

Trois journaux d’opposition tunisiens ont décidé de ne pas paraître cette semaine pour protester contre une nouvelle procédure restrictive de leur distribution, ont annoncé lundi, leurs éditeurs. «Cette mesure est une violation de la liberté de la presse et vise à étouffer les journaux d’opposition pour les amener à disparaître», ont affirmé dans un communiqué les rédacteurs en chefs d’Al-Mawkif (L’Opinion), Ettariq Al-Jadid (La nouvelle voie) et Mouatinoun (Citoyens). 
La grève de parution est présentée comme un avertissement par les dirigeants des trois hebdomadaires qui se sont vus refuser la distribution habituelle d’un quota de leurs tirages. Selon eux, le ministère de l’Intérieur a ordonné aux imprimeurs de livrer la totalité des tirages à la Société tunisienne de distribution (Sotupresse). Ces journaux sont liés à cette société pour la distribution d’une partie de leurs tirages, le reste étant diffusé par les structures des partis éditeurs: Ettajdid (Renouveau), le Parti démocratique progressiste et le Forum démocratique pour le travail et les libertés.
Parmi ces partis de l’opposition dite «démocratique», seul Ettajdid est représenté au Parlement et a droit, de ce fait, à une subvention de l’état pour l’édition de son organe. «C’est un cri d’alarme que nous élevons contre les pressions qui ont atteint un niveau incomparable», a indiqué Hichem Skik, rédacteur en chef d’Ettarik Al-Jadid, au cours d’une conférence de presse.  Il a accusé le pouvoir de «recourir à des méthodes détournées plutôt qu’à des saisies légales», affirmant que son journal n’avait plus reçu de subvention ces derniers mois.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *