Des listes communes pour les partis de la majorité

Une grande concorde règne au sein des partis de la majorité, qui sont quasi-unanimes quant au scrutin de liste, comme mode de scrutin devant être adopté lors des prochaines échéances électorales, a indiqué Mohamed Bouzoubâa, ministre chargé relations avec le Parlement dans une interview au quotidien en langue arabe Acharq Al Awsat. Se reférant aux directions des différents partis de la majorité, le ministre et responsable socialiste a considéré que ce mode de scrutin était à même d’éviter les inconvénients du système en vigueur jusque-là.
Le ministre a également résumé les principales revendications des partis à cet égard, dont les plus saillantes sont la nécessité pour une liste acceptée de réunir plus de 5 pc des suffrages et l’obligation pour un candidat d’être membre d’un parti politique, les formations politiques étant les plus à même d’encadrer les citoyens.
Parmi les mesures d’accompagnement qui sont en discussion, M. Bouzoubaa a fait état de l’obligation pour les électeurs de présenter la carte d’identite nationale lors de l’opération de vote, de façon à ce que tout citoyen ayant atteint l’âge légal, puisse être de façon automatique inscrit sur les listes électorales. Au volet des préparatifs, M. Bouzoubâa a fait état de tractations au sein des partis de la majorité en vue de présenter une liste commune lors des prochaines élections, étant donné que le mode de scrutin par liste favorise les candidatures communes, outre le fait qu’il donnera l’occasion de présenter certains candidats et de préserver la coalition de la majorité. A cet égard le Premier ministre et chef de file des socialistes, a-t-il confié, a tenu des réunions avec les chefs des partis de la majorité en vue de dégager une position commune à toutes les tendances.
A ce niveau, le ministre chargé des relations avec le Parlement a insisté sur la volonté du Premier ministre Abderrahmane Youssoufi de préserver la cohésion de la majorité, en vue de remporter les prochaines élections et de parachever l’expérience entamée, qui dit-il citant le chef du gouvernement, n’a pas bénéficié d’assez de temps pour se concrétiser.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *