Des Marocains au Parlement québécois

Fatima Houda-Pépin et Yasmine Alloul se présentent au nom du Parti libéral du Québec (PLQ), tandis que Kamal El Batal, Salim Laaroussi et Salwa Hassoun le font sous la bannière du Parti québécois (PQ).
Issue du milieu associatif, Fatima Houda-Pépin a été élue pour la première fois en 1994. Depuis, celle qui est devenue la première originaire du Maghreb à siéger au Parlement du Québec a été reconduite deux fois dans son comté de Lapinière, près de Montréal. Elle brigue aujourd’hui un quatrième mandat successif. Lors du précédent mandat, Fatima Houda-Pépin, personnalité en vue au sein du Parti Libéral du Québec, était présidente de la commission parlementaire de l’agriculture. Des cinq candidats originaires du Maroc, la benjamine, Yasmine Alloul est la seule née au Québec. Ingénieur de formation, elle est également étroitement liée au monde associatif puisque présidente et fondatrice de l’Association des jeunes promoteurs marocains. Mais son engagement dans les rangs du PLQ est aussi ancien que son engagement associatif. Il lui a valu d’être portée à la présidence du Comité du Parti libéral sur les communautés culturelles. Spécialiste en économie, gestion et développement rural, Kamal El Batal s’est surtout rendu célèbre par son combat pour l’égalité des chances en emploi. Une affaire retentissante dans laquelle il a eu à lutter contre la discrimination en milieu professionnel, lui a valu les faveurs de nombre de journaux et de chaînes TV.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *