Des mesures d’accompagnement pour les saisonnières marocaines en Espagne

Des mesures d’accompagnement pour les saisonnières marocaines en Espagne

Une convention de partenariat a été signée entre Yatim et Benoutiq

Le Maroc est déterminé à améliorer les conditions de travail des saisonnières marocaines en Espagne. Le ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle et le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration ont signé, lundi à Rabat, une convention de partenariat visant l’accompagnement des travailleurs saisonniers marocains en Espagne. Cette convention prévoit d’importantes mesures d’accompagnement au profit des 19.179 saisonnières marocaines qui se rendront prochainement en Espagne pour la cueillette des fraises. Parmi ces mesures figure la création d’une commission mixte entre les deux départements pour effectuer des visites dans les exploitations agricoles en Espagne.

L’objectif étant de suivre de près les conditions de travail des saisonnières en coordination avec les autorités espagnoles en charge de la migration. Ainsi, cette commission sera composée des représentants des deux ministères et des représentants de l’Anapec qui seront chargés de la bonne exécution de ladite convention. Cette entité qui devra tenir au moins trois réunions aura pour tâche d’élaborer un rapport annuel. La convention prévoit également de renforcer la communication et la sensibilisation avec la partie espagnole pour suivre la situation des travailleuses.

Les deux parties ont convenu d’initier des activités culturelles et un programme d’apprentissage de la langue espagnole au profit de cette catégorie et ce en partenariat avec l’Institut des trois cultures à Séville. Un numéro de téléphone sera mis en place pour l’orientation des travailleuses saisonnières. Il est aussi prévu d’élaborer des brochures et des guides de sensibilisation autour des droits garantis par l’accord sur la main-d’œuvre conclu entre le Maroc et l’Espagne et la convention bilatérale de sécurité sociale.

Les deux ministères ont aussi prévu le renforcement de la coopération avec les associations de la société civile et l’association des avocats d’origine marocaine résidant en Espagne, pour le suivi de la situation juridique et le consulting. A noter que cette convention qui est entrée en vigueur le 4 février (date de sa signature) a été conclue pour une durée d’une année renouvelable. Rappelons que cette année, 19.179 saisonnières ont été embauchées dont 11.500 «répétitrices» et 7.500 nouvelles recrues. Le recrutement de ces ouvrières s’inscrit dans le cadre de la convention de la main-d’œuvre signée entre le Maroc et l’Espagne le 25 juillet 2001. Les départs se feront de manière progressive. La première tranche, qui concernera les saisonnières répétitrices, était prévue pour le 1er février. Celles parties durant la campagne de 2018 seront renvoyées à partir du 1er mars et les nouvelles ouvrières agricoles partiront le 21 mars 2019. Il est à signaler que la date d’échéance de tous les contrats de travail est fixée au 31 juillet.

Côté budget, il faut savoir que le salaire net journalier des ouvrières agricoles marocaines est de 37 euros avec un jour de repos par semaine. Elles ont accès à un logement et un transport (entre le lieu de travail et de résidence)  qui sont assurés par l’employeur. Ainsi, le logement est gratuit, à l’exception des charges de l’eau, de l’électricité et du gaz et ce à l’instar  des ouvrières de différentes nationalités. Cela dit, la facture ne devrait pas dépasser 1,9 euro par jour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *