Des morchidates pour montrer le chemin

Des morchidates pour montrer le chemin

L’année 2006 sera marquée par la sortie de la première promotion d’imams et de prédicatrices "morchidates" Ce sont 150 imams et 50 prédicatrices, ayant bénéficié d’une formation spéciale intensive et diversifiée, qui officieront prochainement dans les différentes mosquées nationales. D’une durée de douze mois, cette formation pluridisciplinaire se décline en plusieurs matières. Outre le perfectionnement des connaissances en matière de sciences islamiques, les futurs prédicateurs et prédicatrices, sélectionnés dans le cadre de ce vaste programme de formation, ont suivi des cours d’acquisition sur l’éthique et les connaissances professionnelles de l’imamat et de l’orientation religieuse, ainsi que sur les divers moyens de communication. La formation vise également l’acquisition des connaissances sur l’environnement national et international."Au sein du centre de formation à Rabat, on enseigne non seulement les sciences islamiques mais également d’autres disciplines notamment la sociologie, les différentes méthodes de communication, la psychologie, le droit, les langues et l’informatique.
Les formateurs dispensent des cours sur les évolutions politiques et socio-économiques mondiales comme la globalisation. L’objectif recherché par cette diversification est d’aider les futurs imams et morchidates à forger une bonne personnalité, ouverte sur le monde extérieur. En fait, ce nouveau programme a été conçu pour renforcer les connaissances et les compétences des encadrants religieux", indique Souad Achtib, responsable de la formation. Et d’ajouter : "Le prédicateur et la prédicatrice sont appelés à maîtriser les méthodes de communication pour savoir comment établir et tisser des relations sociales avec les gens qui les entourent. Ceci leur permettra de transmettre le message à véhiculer aux citoyens". Lancé en avril 2005, ce nouveau programme de formation est une première au Maroc dans l’approche adoptée.
Elle est basée sur la prise en compte de l’environnement socio-politique international et national, dans lequel les futurs imams et morchidates sont appelés à s’intégrer. Cette initiative du ministère des Habous et des Affaires islamiques s’inscrit dans le cadre de la restructuration du champ religieux au Royaume. À travers cette initiative, le ministère vise à ne pas laisser le terrain vide aux mouvements islamistes radicaux. "Notre politique est de donner au corps social l’immunité nécessaire", souligne Ahmed Taoufik, ministre des Habous et des Affaires islamiques. Les événements du 16 mai 2003, attentats terroristes perpétrés à Casablanca, pour rappel, ont bouleversé l’opinion publique.
Selon le ministère, le programme de formation des imams et des prédicatrices permettra aux diplômés de participer d’une manière permanente à l’encadrement de la société à travers la conduite des prières dans les mosquées, la khotba du vendredi et l’orientation des citoyennes et citoyens en matière de pratiques cultuelles. Par ailleurs, s’agissant des critères de sélection, ces jeunes nouveaux encadrants, âgés de moins de 45 ans, sont tous des diplômés universitaires de différentes branches (économiques, scientifiques, juridiques….).
Khadija Aktami, âgée de 32 ans et ayant une licence en économie dit être satisfaite de la formation. "J’ai énormément appris. Les différentes matières sont certes nouvelles mais intéressantes et sont d’un apport considérable. Ceci nous permettra de mieux comprendre l’autre et de savoir comment l’aborder et le convaincre", dit-elle. "C’est une nouvelle expérience que nous entamons. L’imam est appelé à enrichir ses connaissances pour mieux accomplir sa mission. On ne peut pas influencer les citoyens et véhiculer les messages d’une manière efficace si nous ignorons l’environnement dans lequel vit ce citoyen", enchaîne Mostafa Allam, imam à Ben Mellal et licencié en sciences économiques. Les mots "communication" et "influencer" sont répétés par ces jeunes tel un leitmotiv. Outre les mosquées, les futurs encadrants auront également des missions à accomplir dans les différentes administrations notamment les associations, les lycées, les usines et les prisons.
Par ailleurs, les préparatifs pour la formation d’une seconde promotion de 50 autres "morchidates" au titre de l’année 2006 sont en cours. Le ministère a déjà lancé sur son site web un avis de sélection pour la formation des nouvelles candidates.  Les étudiantes bénéficieront d’une bourse de 2.000 dirhams durant la période de formation. Les lauréates seront nommées par contrat dans les mosquées définies par le ministère.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *