Des obsèques sobres pour Albert Pilot

Les obsèques de Albert Pilot et de sa femme Geneviève ont eu lieu jeudi, à 10 heures, à la cathédrale Saint-Pierre de Rabat. Il faisait un temps un temps doux et brumeux à la fois, comme si le ciel avait aussi voulu rendre un ultime hommage à ce grand amoureux du clair-obscur qu’était Pilot. Les personnes présentes aux obsèques affichaient des mines profondément attristées, certaines ne cachaient pas leurs larmes. Albert Pilot comptait beaucoup d’amis aussi bien parmi la communauté française vivant au Maroc que dans les rangs des Marocains. L’oraison de Monseigneur Jean-Pierre était extrêmement sobre. Il n’a fait pratiquement aucune allusion aux circonstances dans lesquelles les Pilot ont été assassinés. Son discours était truffé de références au pardon et à la paix. Il a chanté plusieurs psaumes qui appellent au pardon. Il a signifié ensuite aux personnes présentes dans l’enceinte de la cathédrale que nulles condoléances publiques ne seront rendues aux défunts. De telle sorte qu’il a été le seul à parler.
Cette sobriété de l’hommage de l’église à Albert Pilot ne s’explique pas seulement par le drame qui a accablé les défunts. Albert Pilot était en effet un homme de sciences, et en tant que tel, il n’était pas un habitué des églises. La dernière fois qu’il s’était rendu à la cathédrale Saint-Pierre, c’était pour assister aux obsèques de son amie, et grande animatrice d’une émission radio de musique classique à la RTM, Françoise Fabien.
Plusieurs amis et admirateurs anonymes ont salué une dernière fois le peintre-poète Albert Pilot et sa femme Geneviève. Parmi les personnes présentes, il y avait les écrivains Jean-Pierre Koffel et Hossein Faraj. Il y avait aussi les gens de la RTM, dont le chef de division et de la production, Youssef Benzahra, et l’animateur de l’émission inter-matin M’Hamed Bhiri.
Albert Pilot est connu dans le monde de la radio parce qu’il avait animé pendant des années une émission qui avait eu beaucoup de succès : « Regard sur l’univers ».
Par ailleurs, à l’exception du peintre Roman Lazaref, les peintres marocains ne sont pas déplacés pour saluer la mémoire d’Albert Pilot. Ce dernier avait combattu durant toute sa vie pour l’art moderne.
Il militait en faveur d’une peinture qui copie la nature. Son conflit avec les peintres modernes n’a pas donc épargné ses obsèques, puisqu’ils ne sont pas venus.
Albert Pilot et sa femme Geneviève ont été assassinés à Rabat, dans la nuit du dimanche à lundi par leur fils Henri. Ce drame familial a privé Rabat de l’une de ses figures les plus emblématiques. Les Rbatis se sont déplacés pour rendre un dernier hommage à Pilot. D’autres ne sont pas venus, ceux particulièrement parmi les peintres qui considèrent que la mort n’efface pas les actions d’un homme.
Le couple a été inhumé au cimetière chrétien de Rabat dans l’intimité familiale. Les personnes présentes à la cathédrale n’ont pas accompagné les Pilot jusqu’à leur dernière demeure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *