Des Tangéroises veulent une plage exclusivement réservée aux femmes

Des Tangéroises veulent une plage exclusivement réservée aux femmes

Elles se décrivent comme conservatrices, vivant dans une ville conservatrice et ne veulent pas «désobéir à Dieu en se dénudant devant les hommes». Des Tangéroises sont en campagne sur les réseaux sociaux pour avoir une plage exclusivement réservée aux femmes.

Sur Facebook, la page «Plage pour femmes: campagne pour un espace de baignade pour les femmes à Tanger» compte près de 3.000 membres à l’heure où nous écrivons ces lignes.
Pourquoi ces femmes veulent-elles une plage exclusive ? Trois raisons sont évoquées par les initiatrices de cette page. Tout d’abord le harcèlement sexuel qui serait, selon elles, de plus en plus fréquent dans la ville, notamment sur les plages. Ensuite, la volonté d’une majorité de femmes de ne pas se mêler aux hommes pendant la baignade pour ne pas «désobéir à Dieu». «La mixité est contraire aux coutumes de la ville qui est, et restera, une ville conservatrice. Preuve en est que ses habitants évitent la mixité pendant les fêtes et les mariages», peut-on lire sur la page Facebook. Enfin, les initiatrices de cette campagne disent avoir des maris et des frères jaloux des regards des hommes ce qui est, selon elles, parfaitement légitime.

Après avoir énuméré ces raisons, ces Tangéroises se demandent alors pourquoi la mixité dans les plages est perçue comme inévitable alors que la ville compte plusieurs kilomètres de littoral. «Nous ne réclamons évidemment pas que cela soit appliqué sur l’ensemble des plages de la ville, nous savons que plusieurs personnes aiment se baigner en famille et que Tanger est une ville touristique qui attire des visiteurs du monde entier», précisent-elles.     

En plus de la page Facebook, d’un hashtag pour l’occasion et de la signature d’une pétition, cette campagne appelle également à envoyer, en masse, des réclamations à la commune urbaine de Tanger. Depuis le lancement de cette campagne en début de semaine, les autorités de la ville n’ont pas encore réagi.

Si l’initiative fait l’objet de quelques critiques avec, notamment, des accusations de vouloir «islamiser» la société, il faut toutefois noter que la majorité des réactions que récolte la page semble favorable. Certaines personnes appellent même au lancement d’initiatives similaires dans d’autres villes du Royaume, notamment à Agadir. Rappelons qu’en 2012, une pétition réclamait la construction d’une plage privée non mixte dans la ville de Saïdia, dans l’Oriental. La pétition n’avait alors pas récolté plus de quelques dizaines de signatures, tombant alors très vite dans l’oubli.

Cette fois-ci, la campagne peut au moins se targuer d’une couverture médiatique assez large. En plus des médias nationaux, l’information a été relayée par l’agence de presse espagnole EFE, puis reprise par certains médias internationaux, dont le journal espagnol El Mundo ou encore la chaîne qatarie Al Jazeera.

Les journaux espagnols ne manquent pas, pour la plupart, de préciser que l’axe Tanger-Tétouan-Fnideq est «connu pour être le triangle noir parce que c’est une zone qui exporte un grand nombre de jihadistes vers la Syrie et l’Iraq».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *