Descente de la police dans les cafés à Chicha

Descente de la police dans les cafés à Chicha

La lutte contre la consommation du narguilé se poursuit à Casablanca. La police de Casablanca a effectué, mercredi 26 novembre à 22 heures, une descente dans deux cafés et a procédé à l’arrestation de 30 personnes. «L’arrestation  a été effectuée en présence du commissaire du 4ème arrondissement de la Sûreté de Casa Anfa et  du Caid du 2ème arrondissement urbain. Les deux cafés en question sont «La perouse» et «Peppina’s » situés respectivement à l’avenue des FAR et la rue Karachi», affirme une source policière  avant d’ajouter que «sur les 30 personnes qui ont été arrêtées, huit dont trois filles ont été maintenues en garde à vue. Ces personnes sont recherchées par la police pour divers délits dont le vol, la débauche, trafic de drogues… ». Rappelons qu’une proposition de loi portant interdiction de la consommation et de la vente du narguilé dans les lieux publics avait été déposée le 14 mai 2008 auprès du bureau de la Chambre des représentants  par le Mouvement populaire. Ce texte prévoit  de lourdes amendes et des peines d’emprisonnement. L’article 1 de ce texte de loi stipule qu’«il est interdit de consommer le narguilé, de le vendre ou de vendre les produits y afférents». L’article 2 précise, quant à lui, que toute personne prise en flagrant délit de consommation de ce produit encourt une peine d’emprisonnement d’une durée de 1 à 3 mois et d’une amende de 1000 à 2000DH. Le double est prévu en cas de récidive. Pour sa part, l’article 3 indique que les personnes qui tiennent un commerce ou un local où est consommé le narguilé encourront une peine d’emprisonnement de 3 à 6 mois et une amende de 10.000 à 20.000 DH. Il est à noter que le matériel lié à cette activité sera saisi et le local sera fermé pendant une durée de 6 mois. Ces peines seront portées  au double en cas de récidive et l’agrément d’exploitation du local sera retiré. L’article 4 indique que les commerçants des produits qui entrent dans la fabrication et le façonnement du narguilé sont passibles d’une peine de prison de 3 à 6 mois et d’une amende de 10.000 à 20.000 DH avec saisie des produits et fermeture des locaux pour une durée similaire. La peine sera automatiquement doublée en cas de récidive et l’agrément d’exploitation du local sera également retiré. Cette loi entrera en vigueur dès sa publication au Bulletin officiel. Notons que  l’interdiction de la consommation du narguilé remonte à 2004. La wilaya du Grand Casablanca avait décidé, par l’arrêté n°5 du 22 septembre 2004, d’interdire la consommation du narguilé à eau dans les endroits publics. Les autorités avaient  pris cette mesure pour des raisons sanitaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *