Deux soeurs enceintes de leur père

Deux soeurs enceintes de leur père

Mohamed était un homme respecté, que les habitants de Lqliaâ appréciaient depuis sa jeunesse. La raison est double : d’une part parce qu’il était courageux, généreux et qui travaillait sans rechigner et d’autre part, parce qu’il prenait soin de ses voisins depuis fort longtemps. Bref, tout le monde l’aimait jusqu’au jour où ils sont surpris par la mauvaise nouvelle. Les actes abominables de leur voisin, Mohamed, dépassent leur imagination. Sa famille se souvient du jour où il s’est marié avec Fatima, issue du même douar. Cela remonte à une vingtaine d’années. Leur relation conjugale était un modèle, bien que Fatima ne cesse pas de sortir pour travailler dans les champs agricoles pour aider son mari, journalier de son état. Il se débrouillait depuis sa jeunesse pour gagner son pain. Mais, ces dernières années, il était devenu plus ou moins paresseux au point que sa femme passait son temps à lui demander d’aller travailler pour subvenir aux besoins de leurs deux filles âgées respectivement de dix-neuf et de seize ans. Invariablement, il lui lançait toujours la même réponse : «Je n’ai rien trouvé». Elle lui demandait d’aller, comme elle, aux champs agricoles. Il lui répondait : «Ma santé ne supporte plus ce genre de travail». Les deux filles sont à la fleur de l’âge. Elles ont séduit quelques jeunes du douar qui ont décidé de les demander en mariage. Mais leur père les a refusés catégoriquement. Pourquoi ? Personne ne sait au juste. Sa femme lui a demandé à maintes reprises des explications. Mais en vain. Au fil des jours, la santé des deux soeurs commence à se dégrader. Leur mère a demandé explication. Pas de réponse. Il fallait attendre le mois d’octobre pour qu’elle remarque que leurs ventres commencent à gonfler. Qu’est-ce qu’il leur arrive ? Avaient-elles des relations amoureuses avec des jeunes hommes du douar ? Avaient-elles passé des moment avec eux sur le même lit ? Pourquoi ne la préviennent-elles pas pour empêcher l’irréparable ? s’interroge la mère qui s’est trouvée devant un silence total. Elles se contentent de fondre en larmes. La mère leur explique qu’elles ne doivent rien cacher, qu’elles doivent lui dire la vérité pour prendre les mesures appropriées. «C’est mon père…», lance l’aînée, les yeux baissés. La mère écarquille ses yeux avant de rester figée devant ses deux filles. Elle ne croit pas ses oreilles. Elle se contente de pousser un cri strident et de s’effondrer. Les éléments de la Gendarmerie de Lqliaâ ont été alertés et le père a été arrêté. Il n’a pas osé regarder ses deux filles au moment où elles relatent le calvaire qu’elles ont subi depuis deux ans. Elles se rappellent en détail le premier jour où il les a violées. Il remonte à 2001. En absence de leur mère, qui travaillait dans les champs agricoles, il les a renfermées dans une chambre de leur maison et a brandi un couteau les menaçant de les tuer si jamais elles osaient rapporter ce qui leur arrive. Depuis, il ne rate aucune occasion pour les violer. Il prenait au départ ses précautions, jusqu’au jour où l’aînée est tombée enceinte, puis la seconde. La première est à son troisième mois alors que la seconde est à son deuxième mois. Le père incestueux a été arrêté et déféré devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel d’Agadir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *