Deuxième Sommet arabo-africain à Syrte : SM le Roi souligne l’impératif de relancer le partenariat arabo-africain

Deuxième Sommet arabo-africain à Syrte : SM le Roi souligne l’impératif de relancer le partenariat arabo-africain

SM le Roi Mohammed VI a souligné, dimanche 10 octobre, l’impératif d’agir résolument, avec discernement et constance, pour relancer le partenariat arabo-africain après plus de trois décennies de trébuchement et d’immobilisme, ayant marqué la construction de cet ensemble. Le Souverain a affirmé, dans un discours au deuxième Sommet arabo-africain, que «notre objectif commun est de faire en sorte que notre rencontre soit l’occasion d’un sursaut vigoureux pour éliminer les écueils ayant empêché notre coopération de prendre corps par le passé». Le Souverain a préconisé, dans ce sens, «une démarche saine, réaliste et rationnelle, dans le cadre d’une vision solidaire et intégrée».
Les travaux du deuxième Sommet arabo-africain ont débuté, dimanche 10 octobre, à Syrte en Libye, avec la participation de chefs d’Etat et des représentants des pays des deux parties. SM le Roi Mohammed VI a été représenté à ce sommet par Taïeb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, qui a conduit une importante délégation. Dans le cadre de son discours, lors de cette rencontre, la deuxième du genre depuis le premier Sommet arabo-africain tenu en 1977 au Caire, le Souverain a insisté sur «l’impératif de tirer les enseignements qui s’imposent de l’expérience antérieure, en toute objectivité» et de «conjuguer les efforts pour construire un partenariat exemplaire, dans le respect de la souveraineté de nos Etats et de leurs constantes nationales et légales». «Il importe également de tenir compte des exigences de bon voisinage et de s’abstenir de toute ingérence dans les affaires intérieures d’un autre Etat, lesquelles doivent rester à l’écart des problèmes fictifs et stériles», a poursuivi Sa Majesté le Roi. Le Souverain a souligné que «Nous entendons placer en tête de nos préoccupations, la mise en place de ce partenariat tenant lieu de cadre institutionnel nouveau». «Il s’agit de la voie la plus indiquée pour faire fructifier toutes les possibilités et les opportunités disponibles, afin d’améliorer les conditions de vie des peuples africains, de concrétiser leurs objectifs de développement durable, de faire face à la pauvreté, la marginalisation et l’exclusion sociale dont ils pâtissent, et d’éradiquer les foyers marécageux de l’analphabétisme et des pandémies», a dit le Souverain. SM le Roi a, par ailleurs, souligné l’attachement du Maroc à renforcer son rôle actif au sein de la communauté des Etats sahélo-sahariens et à œuvrer pour la promotion d’initiatives africaines prometteuses. Le Souverain a indiqué que, mû par la conviction que «la concrétisation d’une intégration africaine globale passe nécessairement par la mutualisation et la coordination des efforts des groupements régionaux», le Maroc réaffirme sa disposition à renforcer son «rôle actif au sein de la communauté des Etats sahélo-sahariens et à œuvrer pour la promotion d’initiatives africaines prometteuses, notamment l’Initiative de dialogue rassemblant plus de 20 pays africains riverains de l’Atlantique, initiative qui a été lancée à Rabat en 2009». Animé de cette certitude, a ajouté SM le Roi, le Royaume «a bon espoir de parvenir, à force de patience et de persévérance, à sortir l’Union du Maghreb Arabe de sa regrettable inertie et à dépasser les écueils conjoncturels et objectifs qui en entravent la bonne marche, de sorte qu’elle puisse contribuer à imprimer une nouvelle dynamique à notre partenariat, en accord avec l’esprit et la lettre de la Déclaration historique de Marrakech qui a marqué la naissance de ce rassemblement et fait de l’intégration de ses cinq pays l’un des piliers majeurs pour l’unité, le progrès et la prospérité de l’Afrique». SM le Roi a souligné que «la réalisation du développement durable au sein de nos deux groupements exige qu’on y préserve les conditions de sécurité et de stabilité, et que l’on diffuse la culture de la paix inscrite au cœur de nos traditions arabes et africaines. Elle impose aussi de faire face aux menaces qui pèsent sur l’unité de nos pays et d’en sauvegarder les constantes nationales, en veillant à l’éradication des foyers où sévissent les conflits régionaux artificiels qui ont transformé plusieurs zones comme la Corne africaine, la région du Sahel et la bande sub-saharienne en un terreau fertile pour la violence, le terrorisme et la prolifération de bandes et de réseaux de narcotrafic et d’émigration clandestine transfrontalière». SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, s’est félicité, également, du soutien constant de l’Afrique en faveur de la cause légitime du peuple palestinien pour l’établissement de son Etat national indépendant avec pour capitale Al Qods orientale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *